Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 15:30

Qu'est-ce que le Vade-mecum, pourquoi est-il important ?

 

Connaissez-vous le vade-mecum relatif à l'usage du français dans les organisations internationales ? C'est un document tout récent, signé en Septembre 2006 et il est important à plusieurs niveaux :

- tout d'abord, c'est un document qui a été signé par des représentants (ministres, souvent) des pays membres, associés ou observateurs de l'OIF. Il a donc une réalité officielle et s'applique pour ces pays.

- ensuite, il réunit des principes qui fixent une sorte de politique de l'usage du français au niveau des relations internationales. Il donne donc une orientation claire.

 

Or, que dit ce document (que j'ai lu pour vous) : qu'il faut promouvoir l'usage du français dans les organisations internationales.

 

Vient en 2008 la parution d'un document de suivi de ce vade-mecum pour faire le bilan au bout de deux ans.

Chacun sait en effet que l'usage du français régresse dans ces organisations, en tout cas surtout au sein de l'Europe où l'usage du français a chuté, et ce document le confirme :

- concernant les documents sources traduits (c'est-à-dire les documents de travail que l'on remet à la traduction), il est passé de plus de 55 % à environ 20 % entre 1986 et 2006.

- l'utilisation des langues à l'écrit (je ne sais pas exactement quels documents cela concerne) a également chuté de 39 % en 1996 à 14 % en 2007.

 

Le vade-mecum a été un document important en ceci qu'il permet d'avoir quelque chose sur quoi on peut travailler. Les ministres se sont mis d'accord et ce document a été rédigé. On sait donc qui est prêt à oeuvrer pour la promotion du français et quels sont les objectifs que l'on souhaite se fixer.

 

Le bilan a permis de se rendre compte de plusieurs choses : de la dynamique défavorable pour le français mais aussi du fait que beaucoup de fonctionnaires des pays signataires ne connaissent pas l'existence de ce document. Le bilan est également très utile en ce qu'il permet de mesurer l'évolution, chiffres à l'appui, des succès de la promotion du français. On peut donc faire des constats sans travailler dans le vide.

 

On a quelques bonnes surprises également de pays qui travaillent entièrement en français dans les organisations internationales : France, bien sûr, mais aussi Bénin, Togo, Burkina Faso, Monaco, Sénégal, Niger, Congo, République Démocratique du Congo, Côte d'Ivoire, Gabon, Guinée, Mali. Tous ces pays ont comme langue officielle le français.

 

Mais d'autres pays qui ont une autre langue officielle à côté du français s'expriment aussi uniquement en français dans les organisations internationales :

Burundi, Centrafrique, Haïti, Luxembourg, Suisse Tchad et Cameroun.

 

Il existe aussi d'autres pays qui utilisent le français à côté d'autres langues ou qui l'utilisent ponctuellement.

 

Ce qui est intéressant avec cette évaluation, c'est que cela concerne un usage bien visible du français, celui des grandes organisations. Cela a donc une importance symbolique forte.

 

D'autres pays qui ont signé ce vade-mecum ont utilisé d'autres langues, souvent l'anglais, mais parfois l'arabe ou l'espagnol. Cela veut dire qu'il y a encore des marges de progression de l'usage du français, parfois entravées par le manque de formation dans notre langue des fonctionnaires. Il existe à ce sujet un fond de soutien pour l'apprentissage du français pour les fonctionnaires qui travaillent à l'Europe ou à l'ONU.

 

Le français et l'anglais en Europe

 

Une question peut nous interpeller : mais pourquoi le français occupe-t-il une place si peu importante par rapport à l'anglais en Europe ?

Au fond, ce constat doît être inversé car le français occupe une place quasi légitime : celle de la langue de la France, de la Belgique et de la Suisse. Parfois, surtout à l'écrit (car les langues nationales prédominent sinon souvent) de la Roumanie, de la Slovquie, de la Grèce, de la Macédoine et de la Serbie et un peu de l'Italie lorsque celle-ci ne s'exprime pas en italien (ni en anglais)). C'est plutôt le succès de l'anglais qui est révélateur : celui d'une absence de volonté linguistique de représentation. Car quels pays parlent anglais : ce sont surtout les pays scandinaves et ceux d'Europe de l'Est (Autriche, Allemagne parfois (!!), république Tchèque). Comment cela se fait-il que l'anglais soit parlé par les fonctionnaires de langue allemande alors que l'allemand est la première langue d'Europe et aussi l'une des langues de travail de l'Europe (contrairement à l'Italien, alors que j'y serais pourtant favorable) ?

Le succès de l'anglais est donc plutôt le fait d'une langue qui s'impose par défaut en Europe de l'Est, par choix dans les pays scandinaves, et qui recouvre une absence de volonté linguistique.

 

Et les autres langues ?

 

Si l'on n'entend pas parler de l'Espagne alors que sa langue aurait pourtant une certaine légitimité à être représentée de par le nombre de locuteurs de l'Espagnol, la situation bouge un peu en Italie et en Allemagne ; du moins assiste-t-on à une prise de conscience.

Je me rappelle d'un journaliste anglais qui posait une question à un représentant politique allemand en anglais, et lui de répondre en allemand. Le journaliste anglais lui demande pourquoi il ne répond pas en anglais alors qu'il parle cette langue ; réponse de l'intéressé : on est en Allemagne, je ne vois pas pourquoi je devrais parler anglais. (ce serait plutôt au journaliste d'apprendre l'allemand, non?)

Bon, c'est anecdotique (même si c'est révélateur) mais plus sérieusement, on peut noter que l'Italie a fait une demande pour pouvoir déposer des brevets en Italien car elle est parmi les plus grands déposants de brevets du monde. Silvio Berlusconi s'est aussi interrogé sur l'utilité des 'langues de travail' de l'uinion européenne, estimant que cela établissait une hiérarchie des langues.

Concernant l'Allemagne (qui chante en anglais à l'eurovision, n'ont-ils aucune dignité, surtout vu le dernier eurovision, j'ai eu honte pour eux avec leur clip à esthétique à moitié sado-maso avec des paroles niaises, mais bon, ce n'est pas tout à fait le sujet), je ne sais plus où j'ai lu que Merkel ou le gouvernement s'interrogeait sur le tout-anglais. Il serait peut-être temps qu'ils reprennent confiance en eux car si les allemands ne défendent pas leur langue, on voit mal comment des pays plus petits oseront défendre la leur.

 

Bilan général

 

Au fond, on s'alarme parfois de la place du français dans le monde et on s'étonne de la prédominance de l'anglais. Il n'y a pas lieu à être surpris du premier. Le français est certes en régression au sein de l'ONU et de l'Europe (pour l'instant) mais il y est toujours présent de façon significative, même s'il existe des marges de progression.

L'anglais est la langue par défaut. Ceux qui ne sont pas membres de la francophonie et qui ne sont pas des pays anglophones choisiront presque systématiquement l'anglais. Cependant, la francophonie continue à exercer une certaine attraction et des pays d'Europe de l'Est et du Caucase montrent un certain intérêt. Les marges de progression sont donc surtout dans l'approfondissement de le francophonie, c'est-à-dire dans la promotion d'un usage plus grand du français par ses membres.

A mon avis, la situation de l'anglais reste telle quelle lorsqu'il n'y a que le choix entre le français et l'anglais. Il existe des petites marges de progression du français mais surtout des grosses marges de régression de l'anglais dans la mesure où certains pays qui ont adopté l'anglais au sein des institutions souhaiteront davantage utiliser leur langue nationale (espagnol pour les pays d'Amérique du Sud), cantonais (Chine), portugais (Brésil, Mozambique, Angola, Portugal), arabe...

Il ne faut donc pas s'inquiéter de l'usage de l'anglais mais plutôt se concentrer sur le bon usage de notre langue,  s'assurer que l'on forme des traducteurs vers notre langue, que ceux-ci sont systématiquement disponibles, et que l'on traduit ou exige la traduction des documents de travail dans ces organisations.

 

Rajout du 14 juin 2012 : un livre revient sur le vade mecum, disponible en pdf : http://www.francophonie.org/Un-guide-pratique-pour-renforcer-l.html

 

Sources :

 

http://www.francophonie.org/IMG/pdf/Vade-mecum_Fcs_vie_intnale_2006.pdf

http://www.francophonie.org/IMG/pdf/Suivi-Vademecum_2008-3.pdf

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luc 17/02/2011 17:31



Bonsoir, Marc, et merci pour toutes vos réponses,


je crois que vous avez gagné la partie, vous êtes très convaincant. Je vous laisse donc mener ce bon combat et vous accompagne de toute ma
sympathie.


    Bien sûr, je n'abandonne pas ma préférence pour une résistance plus proche de la volonté de chacun. Un jour, la fierté naîtra de toute
part, et l'on parlera mieux, on se mettra à aller au théâtre, même l'intelligence sera la bienvenue : temps messianiques en quelque sorte... Bien amicalement, Luc.



Marc Bf 24/02/2011 10:08



Faîtes attention, on n'est jamais à l'abri d'un miracle ! A bientôt, cordialement, Marc



Luc 13/02/2011 17:46



Merci pour la question.


Mon blog utilisait des phrases mal construites que j'entendais surtout à la radio, pour en montrer le sens : la preuve par l'absurde en quelque sorte. Ce
pouvait être parfois amusant, dailleurs !


Nous ne sommes pas tout à fait sur la même longueur d'ondes vous et moi. J'approuve votre combat ; le mien cependant se situe plus près de la personne, de
chaque personne qui se blesse elle-même en ignorant la beauté d'un langage bien assumé. Et ce genre de blessure contribue à rendre moins civilisé notre monde.


 J'ai le souvenir d'élèves qui, en anglais, se reprenaient sans même mon aide lorsque l'un d'eux faisait oralement une faute de grammaire. Maintenant,
retraité, je n'ai pas le temps sufffisant pour apprendre le russe, l'allemand et l'arabe, qui sont si beaux. Et d'autres langues aussi !


Je pense au français de Stéphane Hessel, à son âge... Il aborde dans le même instant la vie et la beauté de la vie, dès lors qu'il ne laisse sortir de sa
bouche que du français exact, bien fait, beau. On dit que la liberté ne se divise pas. Il me semble que la beauté de la vie ne se divise pas non plus : le beau est le même, qu'il soit musical,
philosophique, démocratique ou directement lié au langage.


Pardonnez, s'il vous plaît, la longueur de mon commentaire. Bien cordialement, Luc.



Marc Bf 17/02/2011 16:58



Oui effectivement, nous n'avons peut-être pas la même approche face à l'utilisation de la langue française. Vous semblez vous concentrer sur la qualité et la beauté, ce qui est tout à votre
honneur. En ce qui me concerne, je pense que la fierté d'utiliser le français (et à terme son utilisation effective) est malheureusement conditionnée par un environnement mental fait de "signes"
et de messages que les gens intègrent. Un peu comme si l'on avait configuré un logiciel pour obtenir un résultat (recul du français, fascination pour l'anglais, honte de parler de façon complexe
et précise). Tant que l'on ne reconfigure pas le logiciel, le résultat sera toujours le même. Mon but est donc de montrer le non-sens de certaines idées reçues et de les remplacer par d'autres
idées reçues plus conformes à notre réalité, en fait, de reconfigurer le logiciel. Car il me paraît évident que nos élites ne défendent pas notre langue ou si peu et je pense que le changement ne
viendra que par la base, par nous, quand on se sera déconditionné.


Pour moi, il y a une volonté derrière ce logiciel ; on pense que le français recule : en vérité on ne montre que les exemples où le français recule  ; c'est  pour moi de la propagande
au service d'une volonté qui n'est pas la nôtre. C'est un exemple parmi d'autres ; je cherche donc à tordre le cou à la fatalité en démontant les idées reçues et en apportant des exemples. On
verra si la mayonnaise prendra !



Luc 07/02/2011 17:32



Je vous remercie à mon tour, pour votre si longue et si intéressante réponse à mon commentaire.


J'avais un blog de français mais je l'ai fermé car la fréquentation était très, très faible. Soyez assuré de mes encouragements amicaux, Luc.



Marc Bf 13/02/2011 10:51



De quoi parlait votre blog ? Cordialement.



Luc 09/04/2010 21:46



Bonjour et merci !


Merci parce que vous apportez une lumière de confiance et d'espoir pour le français dans le monde.


Ce dont je doute, c'est de l'avenir du français en France, étant donné l'usage que nous en faisons, nous français : nous le maltraitons, nous donnons à nos enfants l'exemple du fait que
nous nous en fichons, que nous n'avons pas le moindre plaisir à parler correctement, logiquement, clairement. En tout cas, votre blog est drôlement intéressant, et je constate que vous ne chômez
pas pour l'alimenter... Félicitations, Luc B.



Marc Bf 07/02/2011 17:20



Des commentaires comme ça donnent du coeur à l'ouvrage ! Merci beaucoup. Le problème de l'évolution de la langue et des nombreuses influences qui la traversent sont un vaste sujet de réflexion.
Nous pouvons nous réjouir d'un côté de l'inventivité de nombreuses personnes qui font du français une langue vivante même si nous pouvons déplorer le tournant ou l'évolution que cela prend. Pas
toujours facile à accepter, j'avoue, d'autant plus lorsque l'on ressent que les nouveautés viennent souvent de l'anglais. Mais pour moi, le problème n'est pas là, il n'est pas dans l'usage
individuel de la langue : autant se battre contre des moulins à vent ! Je me retrouve dans les propos d'Yves Montenay : "Bref la loi vise le choix de la langue, et non pas le détail de son
vocabulaire : il s'agit de rétablir l'usage du français dans l'administration, les modes d'emploi, les documents comptables et publicitaires, l'affichage public, bref tout ce qui touche le public
ou les collectivités". Comment s'étonner que de nombreuses personnes fassent les snobs en utilisant l'anglais quand certaines marques ont des slogans en anglais à la télévision, des magasins
français ont des noms anglais (Carrefour Market, City), etc... les journaux et les médias répètent bêtement qu''il faut" parler anglais... Ma femme est professeur d'anglais et doit se retenir
lors des réunions parents-profs lorsque les parents disent à leurs enfants que sans l'anglais ils ne trouveront pas de boulot pour les motiver à travailler l'anglais alors qu'elle ne partage pas
du tout cet avis et préfère un plombier heureux à un chômeur qui maîtrise l'anglais. C'est tout un système qui se tient, tout le monde qui répète ce que la télé, les pubs, etc... disent et font
passer comme message : l'anglais l'anglais l'anglais ! Je ne dis pas que certaines personnes n'auront pas besoin de l'anglais dans leur vie mais d'ici à imposer l'apprentissage de l'anglais dès 3
ans à toute une population, il y a un pas et du temps qui pourrait être utilisé à autre chose. Quelqu'un qui n'a pas besoin d'anglais ne sera jamais bon dans cette langue et quelqu'un qui veut
l'apprendre trouvera toujours un moyen de l'apprendre. Combien de personnes étaient nulles en langue à l'école et sont devenues quais bilingues lorsqu'elles sont allées travailler un peu en
Angleterre parce qu'elles voulaient apprendre l'anglais ? Je serais favorable à ce qu'on facilite les séjours à l'étranger pour ceux qui se destinent à des métiers où l'utilisation de
l'anglais est importante, que l'on cible les moyens plutôt que de nous matraquer avec une machine de guerre pour généraliser l'apprentissage de l'anglais et nous en convaincre de sa nécessité. En
tout cas merci pour votre commentaire, au plaisir de vous lire