Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 12:37

Il y aurait une réflexion du même type à conduire sur la défense du français à l'international :

 

6) Suivi des enjeux de la francophonie

Je cite souvent en exemple l'inauguration de la Maison de la Francophonie par le président (à cette époque) Mr Nicolas Sarkozy et qui n'a été repris par AUCUN média français, que ce soit un journal papier, en ligne ou par la télévision. C'est un scandale. On connaît l'état de santé de Johnny Halliday, le jour de naissance de l'enfant de Nicolas Sarkozy et pas une ligne sur tout ce qui touche aux enjeux de la langue française. Qu'on ne me fasse pas croire que les média n'étaient pas au courant, ils suivaient Nicolas Sarkozy heure par heure. Cela manque de sérieux. On pourrait presque croire qu'il y a une conspiration pour qu'il n'y ait pas de conscience francophone qui émerge.

Il devrait y avoir une concertation pour installer dans le cahier des charges des médias d'information une clause qui oblige un minimum à nous informer de tout cela (plutôt que de reprendre les informations qu'on veut bien leur donner). Pourquoi ne pas envisager qu'une personne par média (journal de France 2, du Monde, du Figaro, etc...) soit en charge de ces sujets et ait à en rendre compte ? Qui est au courant qu'il y a eu un rendez-vous international de la francophonie au Québec en juillet ? Pourquoi ne pourrait-on pas envisager des reportages (du genre Faut pas Rêver ou aussi C'est dans l'Air) sur la situation du français au Cameroun, dans les institutions européennes, au Burkina Faso, à l'université Senghor d'Alexandrie...? Le succès d'audience serait garanti et cela ferait prendre conscience de ce que nous appartenons à une communauté linguistique vaste et dynamique. Au lieu de cela, on vit à l'heure américaine, britannique ou allemande sans savoir ce qui se passe (au niveau du français) dans des pays aussi francophones que l'Algérie, le Gabon ou la RDC.

L'article dans son intégralité ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 16:30

Vous connaissez tous l'histoire de l'oeuf et de la poule ? Qui est le premier ?

Concernant notre sentiment que l'anglais est une langue indispensable, il est intéressant de se poser la question : qu'est-ce qui nous fait penser cela ? Retrouver l'origine de nos idées reçues pour les déconstruire. Il y a bien sûr des raisons historiques, politiques et économiques à notre course à l'anglais, mais la question de notre environnement culturel est à mon avis complètement négligée. Qui peut affirmer que la prolifération des publicités, enseignes de magasin, musique, films et graffitis en anglais n'aient aucune incidence sur notre représentation de cette langue ?

 

Coccimercato?

Vous allez me voir venir mais je pense qu'une histoire vaut mieux qu'un long discours. Imaginez, vous êtes dans un monde où l'anglais n'existe pas. Que diriez-vous si vous arriviez dans un pays et que sur toutes les radios, on entende la moitié de leurs chansons en italien (par exemple), que de nombreuses enseignes aient des noms italiens (La casa de Paulo, Coccimercato, Semplice Mercato (désolé, je n'ai fait que trois mois d'italien, mes exemples sont complètement tirés par les cheveux !)), que des publicités dans les journaux et  à la télévision se terminent une fois sur deux par une phrase en italien comme si c'était le culmine ! (le must ? ça veut dire quoi ?) Que diriez-vous que lorsque votre système d'exploitation finestra plante, celui-ci vous affiche un message en italien ? Vous en déduiriez probablement (c'est ce que je ferais) que ce fameux italien doit être une langue qui compte, une langue importante et indispensable, la langue d'un peuple puissant ou influent. Vous conseilleriez par conséquent à vos enfants de l'apprendre et vous complexeriez de ne pas connaître cette langue d'ailleurs !

 

Voilà pour la petite histoire qui a pour objectif de montrer que notre environnement porte un message qui passe quasi inconsciemment à notre faculté de jugement. Notre environnement nous inspire naturellement, subrepticement, des suggestions, des pensées et une vision du monde. Je ne nie pas l'importance de la langue anglaise mais je pense que tout d'abord dans notre pays, nous devons pouvoir avoir le choix de pouvoir vivre dans un environnement où les publicitaires, journalistes, magasins, etc... s'adressent à nous dans notre langue. C'est une première chose. La deuxième chose, c'est que l'omniprésence de l'anglais dans notre environnement nous envoie un message, à savoir que notre pays est un pays où les personnes parlant anglais ont une supériorité sur ceux qui ne le parlent pas et que l'anglais est la langue de l'élite, de l'ascencion sociale, de la réussite (liste non exhaustive). Nous pouvons changer cela en agissant sur notre environnement visuel, télévisuel. ...lasuiteici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 15:03

Les informations du rapport de l'OIF 2010 ont été popularisées

Il y a 3 ans, je commençais mon carnet et il y a à peu près deux ans, je découvrais le rapport de l'OIF La langue française dans le monde 2010 qui contient une quantité d'informations intéressantes très importantes : nombre de francophones dans le monde, répartition géographique, progrès, évolutions, initiatives prises en sa faveur, etc... Je mesurais le gouffre entre ce qui se fait et qui m'a surpris par l'ampleur des actions et de la dynamique, et ce que le grand public en sait. Auparavant, personne ne savait quel était le nombre de francophones dans le monde, les chiffres allant de 70 millions (version du site ethnologue je crois, que je soupçonne de francophobie patente) à 500 millions pour les exaltés de la francophonie. On se battait à coup de chiffres sans aucune source vérifiable, certains se cantonnant à la population de la France + Belgique francophone, d'autres y ajoutant la population de pays de langue officielle française en y comptant tout le monde. Le rapport de l'OIF est passé par là, et maintenant le chiffre de 220 millions s'est imposé et fait référence.

Ce rapport a également contribué à donner une image beaucoup plus précise de la situation du français dans de nombreux pays sur lesquels nous n'avions quasiment aucune donné si nous ne nous y étions pas rendu par nous-même, ce qui justifiait bien souvent le franco-pessimisme, car on avait une propension à tout voir en noir : personne ne maîtrise le français en Afrique, le français recule au Québec, l'anglais prend la place du français dans de nombreux pays africains et bientôt en France ce sera inévitable. Bref, c'était le grand flou et la place aux fantasmes les plus divers. ...la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 12:21

Le magazine Le Point passé à l'anglo-détecteur

J'avais déjà évoqué le nombre de publicités en anglais (et non pas avec des anglicismes, nuance) dans les journaux, dans un précédent article. Aujourd'hui, j'ai décidé de faire une étude sérieuse de ce phénomène en achetant des journaux de la presse hebdomadaire pour faire un relevé et des statistiques. J'ai donc acheté un exemplaire de l'hebdomadaire Le Point du jeudi 26 avril 2012 ainsi qu'un exemplaire du Nouvel Observateur de la même semaine.

 

Description du numéro de l'hebdomadaire Le Point :

il comprend 152 pages (hors couverture et quatrième de coverture), dont 51 pages contenant une publicité, dont  38 sur page entière. Je n'ai pas inclu les annonces immobilières du Point (3 pages) ni les pages modes, celles-ci étant choisies non par des annonceurs mais par l'hebdomadaire, ni les communiqués pour la visite des pays (Autriche, Haïti) qui ressemblent plus à des articles qu'à des publicités.

 

Liste des phrases anglaises

Voici toutes les phrases anglaises ou dans une autre langue référencées sur ces pages publicité. Je précise : ce ne sont pas les anglicismes (mots anglais utilisés dans une phrase française) mais les phrases entièrement en anglais. C'est un peu fastidieux comme liste, mais ça a le mérite d'être précis :

 

"Unconventional Chic" (Lacoste) ...la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 16:26

Le français et l'allemand étaient les langues de l'Europe à ses débuts. Depuis que le Royaume-Uni est rentré dans l'Europe en 1973, l'anglais y a aussi pris sa place, et est devenu hégémonique depuis l'entrée des pays scandinaves dans les années 90. Quasiment 90% des textes européens sont rédigés en anglais, même nos représentants à Bruxelles s'expriment souvent en anglais quand bien même le français est langue officielle et fondatrice. On ne leur en demandait pas autant ! 

 

Cela doit impérativement cesser et au plus vite. Pour plusieurs raisons :

- les britanniques n'aiment pas l'Europe, et ne la voient que comme une façon de servir leurs intérêts. Quand l'Allemagne et la France contribuait à la construction de l'Europe et à son financement, Margaret Thatcher disait qu'elle voulait qu'on lui rende son argent ("I want my money back !"). Autrement dit, elle ne voulait pas payer plus qu'elle ne recevait, ce qui est pourtant le B.A.BA de la solidarité quand on est dans un groupe et que l'on est plus riche que la moyenne.

 

L'Europe s'est donc anglophonisée (voir par exemple ici pour l'association AFRAV, ou ici pour l'association COURRIEL), la France avec, mais on ne comprend pas bien qui a donné le feu vert à cela, quel est le mandat démocratique de nos élites qui sont censées nous représenter et qui s'expriment en anglais et imposent l'anglais en France (il faut voir le nombre de lois votées en ce sens). ...la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 18:06

Je vous propose ci-dessous une relecture de l'histoire très personnelle à l'aune des évènements qui ont participé à l'histoire (et la géographie) de la langue française, et pas du tout exhaustive. Ça explique quand même pas mal de choses, je trouve !

 

La France révolutionnaire face à l'Europe

Comme beaucoup d'écoliers, je me suis passionné tout petit pour l'histoire de France, celle de l'Empire Romain aussi. L'histoire des conquêtes, les cartes colorées aux couleurs de la France. Je me rappelle du plaisir que j'ai eu à apprendre l'histoire de la Révolution : celle-ci s'opposait au Roi et se faisait au nom du peuple. Ensuite, j'appris que la quasi totalité des royaumes d'Europe se sont abattus sur la France qui était déjà en guerre civile. L'Angleterre jouait constamment contre la France et soulevait des coalitions. Malgré l'adversité, les armées révolutionnaires ont repoussé les envahisseurs et ont même conquis la majorité de l'Europe. Grand moment pour un enfant d'apprendre que son pays a connu une telle grandeur. Ensuite, on apprend que tout n'est pas aussi simple que cela, qu'il y a eu des pillages, on réalise qu'il y a eu des abus mais il reste quand même le plaisir d'avoir triomphé du fatalisme et d'avoir "exporté" notre révolution puisque l'Europe n'a plus été la même après cela. ...la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 07:53

Sous ce titre se cache une question que Fabien Magnenou, l'un des journalistes du site Newsring (et oui...),  m'a soumise à l'occasion de la journée de la francophonie (mardi 20 mars). Voici le texte que je lui ai envoyé :

 

Faut-il traduire tous les mots anglais ?

 

 

"Au vu des nombreux termes anglais qui nous entourent (y compris sur newsring !), la question se pose effectivement. Doit-on traduire le nom des magasins (tels les Québécois qui traduisent Kentucky Fried Chicken en Poulet Frit du Kentucky), des films ? Doit-on dire courriel au lieu de mail ? Est-ce un combat perdu d’avance, représenté par un législateur qui essaie d’endiguer le flot d’un fleuve avec un dictionnaire ?

 

Combat perdu d’avance ? Pas si sûr. Mr Cerquiglioni, qui s’occupait de la Délégation à la Langue Française devait expliquer à quoi celle-ci servait à Mr François Mitterand. ...la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 08:54

Voici une chronique très synthétique d'Eric Zemmour sur les enjeux de l'apprentissage de l'anglais :

 

 

Cette vidéo est pour moi l'occasion de revenir sur une vieille polémique bien hypocrite : les français sont nuls en langues étrangères. Cette conclusion un peu hâtive découle les trois quarts du temps de l'étude européenne PISA que l'on cite en argument pour justifier le propos. ...la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:09

 

Voici un petit sujet à méditer. Considérez l'utilisation du concept « sous vide d'air » dans les phrases suivantes. Différence si l'on lit :

 

  1. Emballage airless.

  2. Emballage airless (sous vide d'air).

  3. Emballage sous vide d'air (ou « airless »)

  4. Emballage « airless » (mot anglais signifiant « sous vide d'air »).

  5. Emballage sous vide d'air (vous pouvez rencontrer « airless », mot anglais).

  6. Emballage sous vide d'air (les anglophones disent « airless »)

  7. Emballage sous vide d'air (les anglophones disent « airless », de « air » : air et « -less » : sans)

  8. Emballage sous vide d'air.

 

Je les ai classées dans un ordre « croissant ». Je trouve que selon les phrases, l'implicite n'est pas du tout le même. Dans la phrase 1), on présuppose que le lecteur sait ce que veut dire « airless », et que l'on n'a pas besoin de lui expliquer que cela vient de l'anglais et comment le sens est porté. Ou pour ceux qui ne parlerait pas anglais, on présuppose qu'ils devraient le parler. ...la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 10:04

Si vous habitez dans de grandes villes, vous aurez peut-être remarqué qu'il existe maintenant des "drives". Un drive (prononcez "draïv") est un entrepôt dans lequel on peut retirer les courses que l'on a faites en ligne. Les grandes enseignes de distribution ont chacune leur "drive" ; le domaine de la mercatique étant un domaine éminemment anglais jusqu'à présent, il ne faut pas être surpris du mot anglais drive. Voici les différents noms que vous pourrez découvrir : Leclerc drive, Carrefour drive, Casino drive et... attention... CoursesU.com ! On peut féliciter les magasins U pour cet effort linguistique qui montre qu'il tient à s'adresser à ses clients... dans leur langue ! Je note avec satisfaction que les CoursesU sont les plus nombreux des "drives" (ce qui veut simplement dire conduire / conduite).

Quel mot proposeriez-vous pour décrire ce concept ? Moi, j'ai proposé Servicourse (suite à la proposition d'un autre internaute) sinon j'aimais bien Dépôt-Course... à vous d'aller voir sur le wiki de la langue française, vous pouvez participer !

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article