Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 20:25

Qui ne connaît pas "Le Sud" de Nino Ferrer ? Etonnament, ce titre nostalgique est l'un de ceux que l'on associe le plus à Nino Ferrer alors que le reste de sa discographie connue le range plutôt dans la classe des chanteurs légers et rigolos : "Oh! Hé! Hein! Bon!", "Mirza" "Les Cornichons", des chansons aux refrains entêtants, que les enfants réprennent avec délice. Faire découvrir le français avec Nino Ferrer est une vraie partie de plaisir : jeux de mots, jeux sur les sons (Mao et Moa), chansons rigolotes...

 

D'après ce que l'on peut lire sur lui, Nino Ferrer avait une vocation plus "sérieuse" mais ce sont surtout ses titres légers qui ont fait son succès et lui ont permis de vivre de sa musique.

 

 

En 2005, un album de reprise a été réalisé en hommage à Nino Ferrer par un certain nombre d'artistes, l'album, c'est  On dirait Nino. Pour ceux qui connaissent les originaux, c'est un vrai régal d'entendre Arno faire une reprise déjantée de "Mirza" sur fond de guitares électriques, de découvrir la version décalée de J.P. Nataf de "Oh! Hé! Hein! Bon!" 

 

 

  ... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 20:23

Qu'est-ce que la variété ?

 

La variété, comme son nom le laisserait penser, semble être un immense fourre-tout. Pourtant, en France, la variété est un genre à part entière. Si l'on devait la définir, on pourrait dire que la variété se caractérise par la personnalité d'un chanteur ou d'une chanteuse, souvent une longue carrière, et des textes légers. La variété est parfois décriée pour sa légèreté et son côté généraliste, mais cela va avec sa principale marque : s'adresser à toute la famille. Si les textes peuvent être profonds, ils restent néanmoins légers et peuvent par conséquent être écoutés par des enfants. La variété a aussi ceci de spécial, c'est que ce n'est pas une musique "de niche", ce n'est pas une musique exclusive. Si les chansons de Bernard Lavilliers sont teintées de Reggae, ce n'est qu'une couche superficielle et la personnalité du chanteur l'emporte sur le style de musique. La variété se veut donc rassembleuse là où un style de musique comme le reggae, le métal, la techno s'adressent à des types de personne, à ce qu'on appelle souvent des "tribus", qui ont des codes et se considèrent comme "à part". La plus grande caractérisitique de la variété, à mon avis, c'est que c'est une musique qui s'efface derrière son auteur. On ne dira pas "c'est de la folk ceci ou cela" ou "c'est de la chanson à texte", on dira : "C'est du Renaud", "C'est du Alain Souchon".

Pour trouver des équivalents à l'étranger, on pourrait penser à la folk ou la pop (je simplifie) des Etats-Unis, et au Brésil, à la MPB (Musique Populaire Brésilienne), aux musiques italiennes des années 80 à la Umberto Tozzi et Toto Cutugno.

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:52

Dalida


Immense artiste de par son répertoire et son succès, je ne suis malheureusement pas assez sensible à sa musique pour pouvoir vous en parler comme il se devrait. Née en 1933 au Caire en Egypte, Dalida fait partie de ces personnes dont la famille européenne s'était installé sur la rive sud de la Méditerranée. A l'époque, l'ensemble des pays de la rive sud de la méditerranée était sous administration européenne et les villes du Maghreb, de Lybie et d'Egypte étaient cosmopolites : juifs, espagnols, italiens, français, phénomène que l'on retrouvait aussi dans les villes de la rive nord de la Méditerranée (Marseille...). Dalida était donc la fille d'une de ces familles d'italiens qui s'étaient installés au Caire, son père était un très bon violoniste. Elle fut miss Egypte 1954, "monta" à Paris faire carrière (Paris étant le centre culturel du monde à l'époque) dans le cinéma, puis finalement dans la chanson. Sa vie artistique fut ponctuée d'immenses succès, dont je préfère très nettement les premiers, qui respiraient la vitalité et la bonne humeur ; cependant, sa vie sentimentale fut tragique, un nombre impressionnant d'hommes autour d'elle (compagnons, amis) se suicidant à tel point qu'elle se demandait si elle ne portait pas malheur aux hommes qui l'approchaient. Elle mit fin à ses jours en 1987 en laissant un message qui disait : "la vie m'est insupportable, pardonnez moi".

Voici donc un des succès des débuts de sa carrière, Come Prima :


 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 16:44

Entre la France et l'Italie, c'est une longue histoire d'échanges culturels et humains à tel point que l'on estime aujourd'hui qu'il y aurait en France 4 millions de personnes ayant une origine italienne. Dans le domaine des arts, l'Italie a longtemps été un modèle depuis la Renaissance et même au-dela. Dans cet article en deux parties, j'ai envie d'évoquer l'apport des personnes d'origine italienne à la chanson française. De mémoire, on retrouve peut-être un ou deux chanteurs et pourtant ils ont été nombreux à chanter l'amour, l'Italie, la France...

Je m'interroge parfois sur la raison qui fait qu'actuellement on entend si peu de nouvelles chansons italiennes ? De nombreux groupes qui chantent en anglais, quelques-uns en espagnol (Ricky Martin et Shakira...) et voilà pour l'ouverture musicale française bien souvent (par la radio). Mondialisation quand tu nous tiens !! Le monde semble s'être tellement accéléré que la majorité des radios semblent être frileuses à l'idée de diffuser des chansons qui demandent le temps d'être découvertes, auxquelles on ne s'attache pas aussitôt mais qui une fois apprivoisées restent dans nos coeurs comme des morceaux de nos vies.

Rappelez-vous, on a pu se délecter de nombreuses chansons qui nous ont apporté un peu du soleil et de la douceur de vivre à l'italienne (dolce vita). Quand on pense à Toto Cutugno, Albano, Umberto Tozzi, Zucchero, Ricchi e Poveri, Eros Ramazzoti, on est transporté tout de suite vers un pays, un imaginaire.

 

Aujourd'hui, je vous propose donc de ralentir et c'est un autre voyage que je vous propose, celui des italiens de France. Pour commencer, je voudrais parler d'un des plus talentueux à mon avis, Serge Reggiani. Celui que l'on connaît comme un grand ami de Simone Signoret fut d'abord acteur (Casque d'Or) avant de se découvrir un peu plus tard une carrière de chanteur tout aussi réussie, avec des textes signés par Georges Moustaki et Mr Dabadie entre autres. Il est décédé en 2004 à l'âge de 82 ans nous laissant un répertoire incroyable de chansons.

 

L'une de ses chansons les plus connues est bien sûr Les Loups :

 

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 00:00

Pour quelqu'un qui ne connaîtrait pas la culture française, le genre des comédies musicales à la sauce opéra rock est quelque chose qui paraît assez discret et qui pourtant a irrigué notre culture souterrainement. Le premier spectacle qui a remis la comédie musicale  au goût du jour, ou disons qui a actualisé son format à notre époque est sans aucun doute le fameux Starmania dans lequel des histoires d'amour s'entremêlent. Starmania, c'est d'abord un spectacle depuis 1979, et remis en scène de nombreuses fois jusqu'à il y a encore deux ans, avec un énorme succès. D'après les contributeurs de wikipedia, il s'est vendu plus de 2,2 millions d'albums de l'enregistrement de 1979. Il faut ajouter à cela les nombreuses représentations. Mais au dela du spectacle en lui-même, les interprétations ont servi de rampe de lancement ou d'accélérateur de notoriété à de nombreux artistes tels que, pour les plus connus : Daniel Balavoine, Claude Dubois (avec le fameux "Blues du businessman", France Gall, Fabienne Thibeaut, Isabelle Boulay, Bruno Pelletier et pour l'adaptation anglaise  : Cindy Lauper, Tom Jones, Céline Dion, Kim Carnes.

Cette comédie musicale nous a donc donné certains indémodables comme :

 

Starmania

 

Claude Dubois - Le Blues du Businessman ; "j'ai ma résidence secondaire dans tous les Hilton de la Terre, je peux pas supporter la misère.",  "j'aurais vouluuuuuu être un artiiiiiiiste" autant de phrases que tout le monde a chanté un jour ou l'autre sous la douche ... ! Si si avouez-le !

 

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:36

Depuis à peu près un an, on a vu apparaître un engouement pour la musique des années 80. Cela paraissait inconcevable au début des années 2000 où les années 80 paraissaient être le summum du ringard et on ne voyait pas vraiment ce qu'on pouvait en garder de bon. Et depuis un peu plus d'un an, une tournée de chanteurs qui ont eu du succès dans les années 80 s'est mise en place et tourne en France et, à la surprise générale, c'est un grand succès. On a donc pu redécouvrir par des émissions spéciales pas mal de ces chansons. Ce qui est intéressant, c'est de voir tout ce que l'on peut retrouver de bien et de se rendre compte ce dont on se moquait il y a 10 ans est ce qui nous rend le plus nostalgique aujourd'hui. C'est bien connu, c'est une fois que quelque chose a définitivement disparu qu'il nous manque le plus. Voici donc un florilège qui vous permettra de vous replonger dans cette époque pleine de bonne humeur (avec ses fameuses coupes de cheveux!).

 

D'abord, impossible de faire un retour sur les années 80 sans entendre "les démons de minuit" qui ont fait danser tant de monde en discothèque ! Indémodable, ça tourne toujours...

 

Images - Les démons de minuit

 


 

Après ça, vous pouvez continuer à aller danser "sous le sunlight des tropiques", surtout si vous avez "la musique dans la peau" ! Il faudrait aussi parler de la "nuit de folie", carton que l'on a entendu des semaines durant et toujours passé dans les mariages... et même repris en corée, si si !!

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 11:33

Sans faire de bruit, une nouvelle catégorie musicale francophone s'est installée, ce que l'on appelle parfois les chanteuses à prénom (car bien souvent leur nom artistique se résume à un prénom, mais malheureusement plusieurs filles du même nom ont eu la même idée!). Avec les vidéos qui vont suivre, vous pourrez vous rendre compte qu'elles sont toutes différentes et pourtant ont un style, mélange de douceur et de féminité. Sans doute ces chanteuses n'ont-elles pas toutes eues la reconnaissance qu'elles méritaient.

 

Daphné - Musicamor

sa voix chaude et légèrement erraillée, un vrai coup de coeur :

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 10:04

Sans être un expert sur le rap, je veux montrer dans cet article l'importance que le rap a eu et son apport à la culture française. Si le rap nous vient des Etats-Unis, c'est la production française qui m'intéresse, son rapport à la langue et à la culture française. J'ajoute que je ne suis pas du tout un pratiquant du rap, ce n'est pas "ma famille", même si j'ai pu en écouter un peu (I AM et MC Solaar il y a plus de 10 ans maintenant, le reste je l'ai découvert par des amis). Je ne suis donc pas là pour polémiquer sur ce sujet qui s'y prête mais pour le regarder par le prisme des thématiques de ce blog : langue / linguistique, culture et francophonie. 

 

Introduction au rap

 

Tout d'abord, le rap, c'est une musique clairement urbaine : elle raconte la ville, elle la représente, elle parle du quartier, de la cité, des problèmes de tous les jours. Le rap a longtemps été regardé avec suspicion : il faut dire que le plus connu des premiers groupes français, NTM, alimentait les passions de par son nom (Nique Ta Mère), de par ses thématiques : la drogue (passe le oinj'), et ses "Nique la Police". Malgré cette bonne dose de violence verbale,  (ou grâce à elle) il y a une énergie dans ce qui se fait, et c'est sans doute cela qui a plu. Le rap décris-t-il la violence de la société ou la véhicule-t-il en lui-même, c'est souvent sujet à polémique. Cela dépend sans doute des groupes et des artistes.

 

Thématiques du rap

 

En observant les groupes de rap, leurs thématiques et leurs noms, je ne peux m'empêcher d'être frappé par un phénomène : beaucoup de groupes de rap semblent prendre plaisir à incarner le refoulé de la société qu'ils racontent.: violence  homophobie, défiance de l'autorité. Cela a sans doute été une des manières de se faire connaître à bon compte en tout cas. Aux Etats-Unis, les premiers groupes parlaient de leur quartier mais affichaient aussi beaucoup la fascination de l'argent, des femmes, c'est le bling bling, les "chaînes en or qui brillent, pas de pacotille" (I AM), les bitch (prononcé be-ach en France), la haine de la police. Quant aux noms des groupes, si quelques uns font assez sages : I AM, Stomy Bugsy, Fonky Family, Ridan, d'autres affichent la couleur : NTM, Assasin, Sniper, La Fouine, Sexion d'Assaut. Les paroles ont été dans la provocation au départ  de l'histoire du rap, par certains groupes immatures ou irresponsables. Mais aussi, la parole explose : tantôt vulgaire, tantôt agressive, mais aussi parfois poétique dans sa volonté de raconter un quotidien pas toujours facile ; un mélange détonnant qui n'a pas laissé indifférent certains membres de la classe politique, d'où certaines affaires. On peut parfois se demander dans quelle mesure il n'y a pas une volonté de provoquer "la figure du père" et de trasngresser les valeurs de la société : autorité, société ordonnée, culture du mérite et valorisation de l'école. Souvent le rap essaie de mettre du discours et du sens dans les endroits et sur les sujets dont on ne parle pas. Ainsi NTM parle du quotidien du quartier, de la drogue, de la violence, I AM joue aux grands frères, certains parlent des rapports avec la police, avec le racisme, avec leurs parents, le monde du travail. C'est sans doute parce que le rap représente un peu ce côte sulfureux que l'on a du mal à y classer MC Solaar, rappeur en bonne et du forme, mais chez qui on cherchera vainement une parole plus agressive qu'une autre. A ce titre, il restera assez inclassable, à la fois abonné des première places des ventes mais considéré comme à part par le monde du rap.

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 19:08

C'est surtout à partir des années 60 que la chanson américaine conquiert le monde. Phénomène de l'époque, beaucoup de chanteurs ou musiciens français adaptaient les chansons pour leur public français. C'était une pratique très courante (par rapport à maintenant en tout cas) et qui n'allait pas dans un sens unique : des chansons françaises (de Gilbert Bécaud, Edith Piaf, Claude François (Comme d'habitude)) et italiennes (je pense à Volare de Dean Martin) notamment, lorsqu'elles avaient eu un grand succès ou lorsqu'elles avaient eu une longue carrière, étaient adaptées en anglais. Ici, je me propose de vous faire découvrir le passage inverse, l'adaptation vers le français de chansons américaines de l'époque, chansons qui ont assez souvent remplacé la version originale dans l'esprit des français ou qui ont fait leur propre carrière, en plus de celle de la chanson originale. Certains artistes étaient à l'affût du "tube" à adapter (Cette année-là) d'autres voulaient absolument partager un enthousiasme (Toujours un coin qui me rappelle). L'adaptation n'empêchait pas la création, certaines adaptations ont mieux marché que l'originale, et la plupart du temps, les textes  étaient très travaillées et n'avaient absolument rien à voir avec la chanson originale, seule la mélodie restait. A vous de découvrir...

 

Johnny Hallyday, Les Portes du Pénitencier (titre original : The Animals, The House of the Rising Sun)

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 11:20

La nouvelle chanson française (ou Nouvelle Scène Française, NSF) a vu l'émergence de têtes d'affiches qui ont popularisé le renouveau de la chanson française au début des années 2000. On trouve des artistes très différents mais qui ont toujours en commun des textes soignés, originaux. J'avais déjà eu de nombreuses discussions où j'avais du mal à trouver un bon artiste français pour parer au fait qu'il n'y a de bon que les artistes qui chantent en anglais, mais lorsque l'on prend le temps de regarder ses "compilations faites maison" (oups!) de se rappeler les concerts, on en trouve toujours un de plus qui finalement n'est pas si mauvais. Et pas besoin d'aller chercher des inconnus ou un truc ringard... Mathieu Chedid (alias -M-), Bénabar, Cali, Raphaël, Thomas Dutronc, fils de Jacques, Sanseverino, un qui ne plaît pas à tout le monde : Vincent Delerm. En ce qui concerne les filles, je ferais un article séparé, faute de place, et aussi parce qu'il y a eu une génération qui est venue juste après.

 

Allez, on commence par celui qui est la nouvelle chanson française à lui tout seul, et qui a sonné le début de la déferlante des années 2000 par son tube : "J'crois qu'ya une fille qu'habite chez moi" avec sa musique de fanfare. L'album Bénabar (de Bénabar) fait partie de mes albums d'anthologie, je connaissais (il y a déjà presque 10 ans) la quasi totalité de cet album. Une vraie merveille au niveau des textes et du bien-vu, de la justesse des situations décrites. J'aimerais vous faire découvrir "à notre santé", malheureusement on ne le trouve pas en clip.

 

Bénabar J'crois qu'ya une fille qu'habite chez moi

 

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article