Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 18:42

Le syndrôme Christophe Hondelatte


Les pires ennemis de la culture française sont bien souvent en France. Combien de fois peut-on lire dans tel ou tel revue culturelle que la scène créative anglo-saxonne est plus créative, qu'ils ont inventé tel concept, tel mouvement artistique ou musical, etc... et qu'il n'y a pas ça en France. Là, il y a de quoi déprimer. Sauf que ce sont les médias qui ne font pas leur boulot. Il y a des talents, des personnalités qui ne demandent qu'à émerger, mais encore faut-il qu'elles soit repérées, prisent au sérieux. Il faut un observateur qui s'y connaît pour faire émerger une scène et c'est plutôt l'absence de travail des médias et des critiques si rien ne semble se passer, et pas seulement la faute des artistes. Combien d'artistes talentueux et qui vivotent car ne correspondant pas aux attentes de la société ?

 

Là, j'ai envie de parler du "syndrôme Christophe Hondelatte". Christophe Hondelatte, journaliste avant tout, a "osé" faire un album dans lequel il ne se prenait pas trop au sérieux. Je l'ai vu à l'émission "On n'est pas couché" se faire descendre par les deux journalistes avec en question sous-jacente "pourquoi avoir sorti un tel album [si mauvais] ?".  Comme si Christophe Hondelatte avait commis un crime de lèse-majesté. J'ai d'abord été choqué par la prétention de la journaliste de l'émission, Mme Polony, sorte de grande juge du bien ou du mal en matière musicale... on assiste à une sorte de procès qui s'étend sur 25 minutes, dans lequel Christophe Hondelatte est constamment mis sur la défensive et en accusation par Mme Polony de façon pas très sympa. Vous pouvez regarder ici l'extrait de l'émission.

 

C'est si nul que ça ?

 

Bref, je suis donc allé voir sur internet cette vidéo, mise en ligne gratuitement. Et sans trouver ça extraordinaire, j'ai trouvé ça sympa, ça a un petit côté Guy Marchand décontracté. Bref, pas de quoi atteindre les sommets, mais suffisament sympa pour faire passer un bon petit moment à certains. Mais ce qui était intéressant, c'était de voir les commentaires : quasiment que des personnes qui venaient dénigrer Hondelatte, se moquer de lui, et à côté de ça, tout un chacun devenait expert critique soudainement. De plus, on peut noter la vidéo en j'aime / j'aime pas, et l'on pouvait voir une majorité de j'aime pas. On pourrait donc se dire : arrête de faire de la musique, les anglais font mieux. Mais on touche justement le coeur du problème : à savoir, Christophe Hondelatte (qui a de la pratique en musique) est une personne du journalisme qui a montré sa sensibilité au public, et ce gratuitement puisque le titre est téléchargeable. Personne n'est donc obligé de regarder ou d'acheter son CD. Ce qui se joue ici, c'est la pluralité, c'est aussi le fait qu'un certain type de culture n'a pas le droit d'exister en France, on n'a pas le droit d'être quelqu'un de sérieux dans la vie, et qui se défoule en musique, les domaines sont cloisonnés. Pour moi, on a donc affaire à une "inquisitrice culturelle" mais qui aurait applaudi des deux mains si on lui avait amené l'équivalent produit dans un pays anglo-saxon. Enfin je parle de Natacha Polony, mais des personnes comme elles, j'en ai déjà lues ou vues beaucoup. Je pense qu'au dela du droit à ne pas aimer que je ne remets pas en cause, il y a ce petit quelque chose du critique qui compare systématiquement à un modèle indépassable, et qui se fait le garant de l'ordre culturel établi. Beurk...

 

Vous me direz : je n'avais qu'à ne pas regarder cette émission qui présente beaucoup moins d'intérêt sans Mr Zemmour, qui malgré ses opinions controversées, apportait un vrai plus. Dont acte, on ne m'y reprendra plus.

 

Un blocage psychologique : "Rien de bien ne peut venir de chez nous"


Je prends cet exemple, mais c'était surtout pour illustrer une idée, une intuition. A savoir : que l'on a un complexe d'infériorité en France qui fait que ce qui vient de la France ne peut être bien (si on était talentueux, ça se saurait), et on rajoute parfois que tout ce qui vient des pays anglo-saxons sert d'étalon à la musique française. Ce qui tue bien entendu toute possibilité de création musicale, et c'est pourtant bien ce qu'a fait Christophe Hondelatte, qu'on le veuille ou non, il a exploré une voie, une sensibilité que l'on n'a jamais laissé s'exprimer en France. Une musique n'est pas bonne ou mauvaise (arrivé à un certain niveau de professionnalisme, je m'entends, mais ce n'est pas ce qui posait problème ici), c'est une musique, et chacun peut y trouver son compte. Le problème de la création musicale en France est donc pour moi ici, c'est un bloquage qu'ont les français, et entre autres les critiques, qui ne peuvent accepter que quelque chose qui sorte des sentiers battus et venant de France soit bien. D'où pour moi l'impossibilité qu'il se passe quelque chose  au niveau musical en France, car nous sommes vérouillés dans notre esprit. Pour moi, la critique, ce n'est pas hiérarchiser (ni piétiner la sensibilité des artistes), pour moi la critique c'est expliquer, essayer de comprendre, de découvrir ce qui se cache derrière la musique, les goûts, les influences, le déclic, l'impulsion qui nous fait envie d'être chanteur, d'exprimer cei ou cela, etc...

 

Pour que des artistes émergent, il faut qu'ils soient repérés mais si chaque personne qui tente quelque chose est critiquée dans sa personne, rien ne peut émerger et cela viendra donc d'ailleurs, lorsqu'une musique portée par un succès commercial dans un autre pays arrivera en France. On se dira : si tant de personnes ont aimé, c'est que ça ne peut pas être complètement mauvais. Ce que je regrette donc ici, c'est que toutes les sensibilités ne puissent s'exprimer en France. On entre dans des mécanismes psychologiques tels que : aux banlieues on accroche le rap, aux Antilles, le zouk (et collectif métissé), aux intellos, la chanson française à la Brel, etc... Laissons les gens nous surprendre ! Et les seuls artistes qui peuvent être pris au sérieux en France seront donc ceux qui imitent les anglo-saxons ou ceux qui chantent en anglais. Heureusement le succès populaire change parfois la donne et impose de nouvelles tendances musicales inattendues.

 

Allez, hommage à Christophe Hondelatte qui s'en fout pas mal :

 


 

 

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 19:58

Voici un article qui suscitera la curiosité de ceux qui s'intéressent à la situation linguistique en Haïti, puisqu'il traite de la cohabitaion du français et du créole et se pose en droit de réponse à un article qui demandait à ce que le français soit traité comme une langue étrangère "comme les autres". Cet article permet de voir à des gens "de l'extérieur" comment la situation du français et du créole est vécue en Haïti et comment les termes du débat se posent. Bonne lecture !

 

Voir l'article de Mr Robert BERROUET-ORRIOL, linguiste-terminologue.

Repost 0
Published by Marc Beaufrère
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:36

Depuis à peu près un an, on a vu apparaître un engouement pour la musique des années 80. Cela paraissait inconcevable au début des années 2000 où les années 80 paraissaient être le summum du ringard et on ne voyait pas vraiment ce qu'on pouvait en garder de bon. Et depuis un peu plus d'un an, une tournée de chanteurs qui ont eu du succès dans les années 80 s'est mise en place et tourne en France et, à la surprise générale, c'est un grand succès. On a donc pu redécouvrir par des émissions spéciales pas mal de ces chansons. Ce qui est intéressant, c'est de voir tout ce que l'on peut retrouver de bien et de se rendre compte ce dont on se moquait il y a 10 ans est ce qui nous rend le plus nostalgique aujourd'hui. C'est bien connu, c'est une fois que quelque chose a définitivement disparu qu'il nous manque le plus. Voici donc un florilège qui vous permettra de vous replonger dans cette époque pleine de bonne humeur (avec ses fameuses coupes de cheveux!).

 

D'abord, impossible de faire un retour sur les années 80 sans entendre "les démons de minuit" qui ont fait danser tant de monde en discothèque ! Indémodable, ça tourne toujours...

 

Images - Les démons de minuit

 


 

Après ça, vous pouvez continuer à aller danser "sous le sunlight des tropiques", surtout si vous avez "la musique dans la peau" ! Il faudrait aussi parler de la "nuit de folie", carton que l'on a entendu des semaines durant et toujours passé dans les mariages... et même repris en corée, si si !!

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 12:03

MFM, une radio 100% chanson française avec une devise... en anglais

 

MFM, c'est la radio qui ne diffusent que des chansons d'expression française. Aussi, je suis surpris quand j'écoute leur radio d'entendre "MFM, Ma French Musique". Je ne comprends pas ce paradoxe : faire le pari qu'une radio peut marcher qu'avec des chansons d'expression française et utiliser une devise en anglais. Une devise en français leur ferait-elle perdre des auditeurs ? Si le français, ça fait ringard, vieux ou pas assez populaire, alors pourquoi ce choix ? J'avoue que je reste perplexe. Aussi, pour en avoir le coeur net, je leur ai écrit un message.

 

Le poids de Mr-tout-le-monde

 

L'écriture du message touche pour moi au coeur de ce que j'essaie de faire différement de certaines associations francophones qui se décrédibilisent à mes yeux à parler de collaboration, d'empire; etc... en parlant de cette mode de tout mettre à l'anglais. Cela part, je le pense d'une vraie intuition : le système (médiatique, économique...) est soumis pour l'instant à une structure pyramidale où l'expression anglaise est considéré comme l'apanage des élites. Cela est trahi par ce fameux "tout le monde" dans le sentiment que l'on a que "tout le monde" parle anglais, qu' "on" ne peut pas ignorer l'anglais, qu' "il" faut parler anglais. ...la suite ici

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 10:38

Voici les dernières nouvelles concernant le projet d'implantation de studios de cinéma à Francazal (près de Toulouse) qui m'ont été transmises par l'auteure de la pétition que je vous avais fait connaître. Voici son message et l'adresse du nouvel article :

 

"Bonjour à tous ,
 
je viens vers vous aujourd'hui pour tous vous REMERCIER d'avoir contribuer à l'encouragement de l'implantation des studios RALEIGH à Toulouse . Grâce à vos signatures .
 
Aujourd'hui nous apprenons une nouvelle plus que satisfaisante, qui laisse penser que le projet des studios à Toulouse est en très bonne voie . Je vous laisse le constater par vous même :
 
http://www.ladepeche.fr/article/2011/09/17/1169115-hollywood-se-rapproche-encore-de-francazal.html
 
Encore merci , et à bientôt pour de prochaines nouvelles!
 
Au plaisir"

 

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 10:15

Retournement à Madagascar...

 

Le français continue son évolution et confirme son rôle important en Afrique. En effet, la constitution de Madagascar définissait 3 langues officielles pour ce pays depuis 2007 : le malgache, le français et l'anglais. L'anglais avait été ajouté, accompagnant la suppression de la laïcité, après l'arrivée au pouvoir de Marc Ravalomanana, accessoirement vice-président de l'église réformée de Madagascar (sous-titrage : les églises réformées sont souvent le prolongement d'un mouvement religieux états-unien). Depuis l'arrivée au pouvoir d'Andry Rajoelina, le projet de constitution a redéfini les la place des langues : langue nationale : malgache, langues officielles : malgache et français.

 

... après celui de la RDC

 

La position du français avait également été malmenée en RDC. Suite à une guerre civile, Laurent-Désiré Kabila avait pris le pouvoir en 1997 et un projet de constitution avait été proposé avec deux langues officielles : l'anglais et le français (auparavant, il n'y avait que le français). Il faut dire que la rebellion portée par Laurent-Désiré Kabila avait été soutenue par Paul Kagamé, président du Rwanda, alors en froid avec la France, et par l'Ouganda, pays anglophone. On avait alors parlé de l'anglicisation qui ne s'arrêtait pas sans (bizarrement) forcément faire le lien avec les guerres qui ravageait cette partie de l'Afrique. ... la suite ici

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 16:24

 

Basculement linguistique

 

Je voudrais essayer de modéliser et compiler tous les facteurs qui suscitent le basculement linguistique, qui font qu'une personne ou un groupe de personnes passe à une autre langue, comme ce fut le cas en Irlande, exemple que je connais le mieux.

 

L'immigration

 

Tout d'abord, le cas le plus simple, celui de l'immigration : si ceux-ci s'intègrent dans un pays qui possède son unité, ceux-ci tendent à s'assimiler. Pour se faire comprendre de la majorité, il paraît évident qu'il faut en apprendre la langue. Si les immigrés n'y parviennent pas, il est cependant certain que leurs enfants seront amenés à apprendre la langue de leur terre d'adoption. Tout dépend du degré d'organisation sociétal de ce territoire. Plus un groupe d'immigrés peut vivre dans son propre système, plus il a de chance de pouvoir le pérenniser. Ainsi les colons qui sont arrivés dans les colonies américaines des futurs Etats-Unis ne se sont pas mélangés avec les populations autochtones (amérindiens) mais ont établi leur propre communauté en parallèle avec ce que l'on peut appeler son centre sociétal (ensemble de valeurs, et de caractéristiques qui fondent l'identité, la cohésion d'une société : langue, lois, organisation...). Ils n'avaient donc pas à s'adapter à une communauté existante possédant sa langue propre, mais ont plutôt créés leur propre société avec ses représentants spirituels (prêtres, pasteurs...), ses représentants politiques et militaires, ses commerçants... On peut également penser aux juifs qui ont longtemps su garder leur spécificité (enseignement religieux, mariage uniquement à l'intérieur de la communauté, enseignement d'une langue, d'une tradition, d'une histoire de la communauté). Le mélange, la coexistence dans un même lieu tend à harmoniser les pratiques et les mœurs à moins d'une forte volonté de ne pas s'assimiler.

 

Deux approches de la colonisation en Irlande

 

Deux exemples pour montrer que l'immigration peut déboucher sur deux résultats complètement différents. En Irlande, des Anglais se sont installés après l'annexion de l'Irlande en 1171. Lire la suite en cliquant ici.

Repost 0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 11:33

Sans faire de bruit, une nouvelle catégorie musicale francophone s'est installée, ce que l'on appelle parfois les chanteuses à prénom (car bien souvent leur nom artistique se résume à un prénom, mais malheureusement plusieurs filles du même nom ont eu la même idée!). Avec les vidéos qui vont suivre, vous pourrez vous rendre compte qu'elles sont toutes différentes et pourtant ont un style, mélange de douceur et de féminité. Sans doute ces chanteuses n'ont-elles pas toutes eues la reconnaissance qu'elles méritaient.

 

Daphné - Musicamor

sa voix chaude et légèrement erraillée, un vrai coup de coeur :

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 18:43

Face à des mots anglais dont le sens nous échappe un peu ou que l'on aimerait bien remplacer par un terme plus compréhensible pour le commun des mortels, nul besoin que chaque personne se creuse la tête pour trouver un équivalent, celui-ci existe déjà !

 

France Terme, comment ça marche

 

France Terme est une base de donnée qui propose les traductions et trouvailles, d'experts et / ou de commissions. Le principe : si tout le monde cherche à traduire les mots anglais (majoritairement) à sa sauce, il existera une multitude de traductions pour désigner la même chose, ce qui posera un problème d'intercompréhension. Il faut donc trancher et en choisir un, c'est là qu'intervient France Terme qui centralise (après tri) toutes les propositions. Ainsi, à podcasting, on peut trouver "diffusion pour baladeur" ou, plus joli : balladodiffusion, à rave party, on trouve fête techno, à tuning, personnalisation... Certains se sont déjà imposés, ce que j'avais pu voir sur un site dont j'ai perdu la trace, je me rappelle cependant de avant-première pour "preview"... Certains termes ont donc plus ou moins de succès, ainsi pour e-mail, on trouve dans l'usage en français : e-mail, email, mail, mél, courriel, adresse électronique quand France Terme propose "courriel".

 

J'avais déjà réfléchi au fait qu'il faudrait des groupes d'experts chargés de traduire les mots au fur et à mesure qu'ils apparaissent dans la langue française, plutôt que ce soit nous en tant qu'individus qui serions obligés de trouver systématiquement un équivalent (quelle gâchis d'énergie!).  Cela m'arrive régulièrement : il me faut d'abord définir intellectuellement ce qui pourrait répondre à un besoin avant de découvrir que cet outil existe. Il resterait donc à évaluer l'impact de cet outil et de son utilisation sur le public qu'il cible, les spécialistes en leur matière (ingénieurs, informaticiens, journalistes, etc...).

 

Et en cas de mot non-référencé :

 

Et si France Terme n'a pas la solution, cliquez sur la "boîte à idées" qui permet de soumettre les mots que vous rencontrez à des spécialistes qui proposeront un équivalent.

 

Site :

http://franceterme.culture.fr/FranceTerme/index.html

Site proposé par la délégation générale à la langue française et aux langues de France.

Repost 0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 16:10

Voici une vidéo intéressante sur le français au Québec. Il s'agit d'un discours qui explique les revendications du Mouvement Québec Français dont on pourrait s'inspirer en France. L'un des freins à la défense de la francophonie en France est le fait que le débat est mal exposé. Lorsque l'on parle de défense de la langue française, beaucoup de gens ont des idées assez confuses et négatives sur le sujet : il s'agit de nous fliquer pour remplacer "week-end" par "fin de semaine" et mail par "mél" ou "courriel", ou alors il s'agit d'oppresser les langues régionales ou d'envahir le monde pour imposer le français. L'un comme l'autre sont presque infaisables et pas forcément souhaitables car cela touche aux libertés individuelles. Libre à moi d'utiliser la langue que je veux avec mes amis, ma famille, de dire "week-end", etc... Tant que les gens verront ce combat de cette façon, ils y seront hostiles, et c'est normal. De plus, c'est mission quasiment impossible, cela nécessiterait une énergie considérable pour convaincre chaque personne de se fliquer, de chercher le mot français qui correspond au mot anglais que l'on utilise. Autant dire que si l'on devait faire ça, c'est la porte ouverte au découragement devant l'immensité de la tâche.

 

Idées reçues sur la défense du français

Ce qu'il faut bien que les gens comprennent, c'est que la défense du français ne passe pas par un combat névrotique contre soi-même mais par un combat collectif qui ne demande aucun changement individuel mais qui peut avoir des répercussions énormes en termes de résultat. Si par exemple personne ne s'élevait contre le fait qu'on peut être licencié en tant qu'ingénieur car on maîtrise mal l'anglais, la connaissance de l'anglais deviendrai presque un pré-requis pour travailler, ce qui serait une discrimation à l'embauche car le français est la langue de la République et travailler en anglais est un métier en soi (métier de l'interprétariat, de la traduction, du travail à l'export). Si on ne fait rien, c'est également des universités qui vont enseigner en anglais, cela ouvre un large débat que je ne peux résumer ici, mais c'est une très mauvaise idée, comme vous pourrez le comprendre si vous lisez le livre de Mr Montenay "La France face à la mondialisation".

Bien souvent, les gens se méfient de la défense du français car ce débat est parfois récupéré par des personnes qui présentent mal le débat, ce qui fait perdurer la situation d'inertie qui favorise le recul institutionnel et entrepreneurial du français.

 

Combat pour le français, un combat politique et économique

Ce combat, c'est d'abord une affaire de droit et de gros sous. Pour illustrer le propos, on peut parler des fameux CEGEPS (anglophones) au Québec financés par l'argent public des francophones pour les anglophones dans une proportion supérieure aux écoles francophones. C'est-à-dire que l'argent du contribuable francophone sert à financer de meilleures écoles pour les anglophones que pour les francophones. Il ne s'agit donc pas ici de faire la guerre aux anglophones mais de permettre aux francophones et allophones du Québec d'apprendre la langue commune (le français), ce qui n'empêche pas d'apprendre l'anglais. Si les anglophones et autres allophones ne s'intègrent pas à la société francophone, il faudra que la société francophone s'adapte à la société anglophone. Ce que les gens ne comprennent pas en général, c'est que si l'anglais s'est autant répandu en Amérique du Nord, ce n'est pas parce qu'il est supérieur mais parce que ceux qui parlaient une autre langue ont été battus et soumis (acadiens, canadiens francophones), exterminés (amérindiens) ou assimilés (immigrés) car obligés de s'intégrer à une société anglophone. Pour la France comme pour le Québec, il s'agit donc de permettre aux nationaux de vivre leur vie dans leur langue et que le français reste l'unique ciment linguistique de la société, ce qui n'exclut pas de parler d'autres langues en plus.

 

Quand à l'expansion du français, si elle doit avoir lieu, elle ne doit pas se faire contre la volonté des gens si elle doit se faire. La vidéo vers laquelle je redirige a le mérite de montrer ce que peut être un débat raisonnable sur la défense du français. Il ne s'agit pas d'un combat individuel pour forcer les gens mais d'un combat collectif pour faire respecter des droits.

 

Je redonne le lien de la vidéo :

http://www.francophonie-avenir.com/Index_Mouvement_Quebec_francais_Constat_sur_l%27urgence_d%27agir.htm

Repost 0