Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 11:35

Longtemps considérées comme ringardes, les chansons des années 80, elles effectuent un retour en grâce totalement inattendu. Après une tournée avec les anciennes vedettes de ces années : Julie Pietri, Début de Soirée, Patrick Hernandez, Luna Parker, Lio, Emile et Image, Gold, Desireless, le succès a été au rendez-vous et même au-delà des espérances puisque les tournées font salle comble depuis un moment.

Si je peux me permettre un commentaire personnel et lié à ce cybercarnet : c'est tant mieux ! Il me semble que toutes ces chansons ont été ringardisées par une culture dominante ; tout ce qui venait d'outre-Atlantique était censé être bien. Sauf que secrètement, dans leur cercle privé, de nombreux Français continuent à danser sur Les Démons de Minuit en boîte, à mettre Nuit de Folie à leur Mariage, à s'écouter Femme de Jean-Luc Lahaye comme l'agriculteur Pierre de L'Amour est dans le Pré qui "avoue" qu'il s'éclate dessus en soirée et qui en connaît les paroles par coeur. Bref, on avait honte de notre culture, mais on continuait à l'aimer en cachette. Et là, c'est la sortie du placard : les années 80 sont de retour et les Français aiment ça à tel point qu'un film sort et retrace le parcours de cette tournée des années 80 qui fait un carton. Sociologiquement, je pense que les Français se réapproprient leur culture, une culture loin des enjeux de fric et du culturellement correct, une culture où le plaisir tout simple est au rendez-vous, et dans laquelle les artistes ne se prennent pas pour des stars. Vous l'avez compris, c'est une déclaration d'amour que je fais aux années 80 et je vous laisse découvrir la bande-annonce du film avec Richard Anconina et Patrick Timsit :

 

 


 

 

A quand le retour des soirées Disco de Boris, et des slows de Kyo ?

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 17:41

Retrouvez en cliquant ici un portrait de moi dans mon rapport à la francophonie que Mr Damien Soupart a bien voulu dresser avec beaucoup de talent. 

Mr Soupart est co-responsable et rédacteur sur le site de La Baguette Culturelle, un site créé en janvier 2012 et traitant de l'actualité culturelle notamment. Il y livre régulièrement des analyses et des réflexions de grande qualité sur les sujets liés à la francophonie, à la politique française en cette matière, etc... Il a donc dressé ce portrait pour faire ressortir ce qui m'avait amené à faire ce blogue sur la francophonie et pour me faire parler de mon analyse sur la situation actuelle de la langue française en France notamment. Des entretiens avec d'autres personnes impliquées sur ce sujet suivront bientôt (vous pouvez d'ores et déjà retrouver celui de Mr Montenay, une pointure sur le sujet, voir son livre sur le sujet, ses publications dans les Carnets de l'Orient ou son site), je vous invite donc à suivre son actualité.

Repost 0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 17:48

La musique annoncerait-elle ce que sera le monde de demain ? Cela faisait un moment que je ne m'étais pas arrêté sur les radios jeunes : NRJ, Fun Radio, Virgin, Skyrock et du coup j'ai été frappé par quelques changements :

- j'ai entendu plusieurs chansons / musiques de type "dance" à la fois en anglais et en français. Jusqu'ici, je crois que je n'avais entendu que Kate Ryan faire de la dance, voire aussi Yta Farrow, mais... c'était il y a au moins 10 ans ! Je constate donc que le français devient une langue acceptable pour faire de la dance, ce qui n'était pas du tout le cas auparavant, on philosophait sur l'incapacité du français à être mis en musique autrement que par nos grands poètes. Hé bien, soyez heureux, on est capable de faire de la musique poubelle en français aussi ! Chouette.

- l'autre phénomène qui devient important, c'est l'arrivée assez importante de chansons portugaises sur les ondes. Je serais bien incapable d'en sortir une seule que j'ai entendue à la radio dans les années 90 ou 00. Il y en avait certes eu quelques unes en espagnol mais jamais en portugais. Il ne s'agit donc pas d'un hasard pour moi, mais d'un phénomène plus profond qui révèle le changement de nos perceptions (sur le Brésil manifestement). Le Brésil deviendrait-il un ailleurs acceptable ? L'image des favelas sera-t-elle supplantée par d'autres ? La première chanson portugaise que j'avais entendue, c'était il y a environ un an, par le grand séducteur devant l'éternel Michel Telo :

 

 
Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 19:30

Guess what ? Euh, devinez quoi ? Citroën fête les Technodays en promouvant sa creative technologie grâce à une réclame que vous pouvez retrouver sur son site (français, si si, je vous jure) : carstore.citroen.fr ! J'en fais trop ? J'ai une excuse : "c'est pas moi qu'ai commencé m'sieur !" Regardez la réclame :

 

 


 

Une chose est sûre, s'ils sont les rois de la creative technologie, ils ont un peu plus de mal à être créatif en matière de français. L'anglais partout s'arrêtera-t-il un jour ? Peut-on rêver à un paysage audiovisuel sans anglais à chaque page de réclame ?

Pour citroën : carton rouge !

PS : "technologie" s'écrit "technology" en anglais. Oubli volontaire ?

Repost 0
Published by Marc Beaufrère
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 12:37

Il y aurait une réflexion du même type à conduire sur la défense du français à l'international :

 

6) Suivi des enjeux de la francophonie

Je cite souvent en exemple l'inauguration de la Maison de la Francophonie par le président (à cette époque) Mr Nicolas Sarkozy et qui n'a été repris par AUCUN média français, que ce soit un journal papier, en ligne ou par la télévision. C'est un scandale. On connaît l'état de santé de Johnny Halliday, le jour de naissance de l'enfant de Nicolas Sarkozy et pas une ligne sur tout ce qui touche aux enjeux de la langue française. Qu'on ne me fasse pas croire que les média n'étaient pas au courant, ils suivaient Nicolas Sarkozy heure par heure. Cela manque de sérieux. On pourrait presque croire qu'il y a une conspiration pour qu'il n'y ait pas de conscience francophone qui émerge.

Il devrait y avoir une concertation pour installer dans le cahier des charges des médias d'information une clause qui oblige un minimum à nous informer de tout cela (plutôt que de reprendre les informations qu'on veut bien leur donner). Pourquoi ne pas envisager qu'une personne par média (journal de France 2, du Monde, du Figaro, etc...) soit en charge de ces sujets et ait à en rendre compte ? Qui est au courant qu'il y a eu un rendez-vous international de la francophonie au Québec en juillet ? Pourquoi ne pourrait-on pas envisager des reportages (du genre Faut pas Rêver ou aussi C'est dans l'Air) sur la situation du français au Cameroun, dans les institutions européennes, au Burkina Faso, à l'université Senghor d'Alexandrie...? Le succès d'audience serait garanti et cela ferait prendre conscience de ce que nous appartenons à une communauté linguistique vaste et dynamique. Au lieu de cela, on vit à l'heure américaine, britannique ou allemande sans savoir ce qui se passe (au niveau du français) dans des pays aussi francophones que l'Algérie, le Gabon ou la RDC.

L'article dans son intégralité ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 16:30

Vous connaissez tous l'histoire de l'oeuf et de la poule ? Qui est le premier ?

Concernant notre sentiment que l'anglais est une langue indispensable, il est intéressant de se poser la question : qu'est-ce qui nous fait penser cela ? Retrouver l'origine de nos idées reçues pour les déconstruire. Il y a bien sûr des raisons historiques, politiques et économiques à notre course à l'anglais, mais la question de notre environnement culturel est à mon avis complètement négligée. Qui peut affirmer que la prolifération des publicités, enseignes de magasin, musique, films et graffitis en anglais n'aient aucune incidence sur notre représentation de cette langue ?

 

Coccimercato?

Vous allez me voir venir mais je pense qu'une histoire vaut mieux qu'un long discours. Imaginez, vous êtes dans un monde où l'anglais n'existe pas. Que diriez-vous si vous arriviez dans un pays et que sur toutes les radios, on entende la moitié de leurs chansons en italien (par exemple), que de nombreuses enseignes aient des noms italiens (La casa de Paulo, Coccimercato, Semplice Mercato (désolé, je n'ai fait que trois mois d'italien, mes exemples sont complètement tirés par les cheveux !)), que des publicités dans les journaux et  à la télévision se terminent une fois sur deux par une phrase en italien comme si c'était le culmine ! (le must ? ça veut dire quoi ?) Que diriez-vous que lorsque votre système d'exploitation finestra plante, celui-ci vous affiche un message en italien ? Vous en déduiriez probablement (c'est ce que je ferais) que ce fameux italien doit être une langue qui compte, une langue importante et indispensable, la langue d'un peuple puissant ou influent. Vous conseilleriez par conséquent à vos enfants de l'apprendre et vous complexeriez de ne pas connaître cette langue d'ailleurs !

 

Voilà pour la petite histoire qui a pour objectif de montrer que notre environnement porte un message qui passe quasi inconsciemment à notre faculté de jugement. Notre environnement nous inspire naturellement, subrepticement, des suggestions, des pensées et une vision du monde. Je ne nie pas l'importance de la langue anglaise mais je pense que tout d'abord dans notre pays, nous devons pouvoir avoir le choix de pouvoir vivre dans un environnement où les publicitaires, journalistes, magasins, etc... s'adressent à nous dans notre langue. C'est une première chose. La deuxième chose, c'est que l'omniprésence de l'anglais dans notre environnement nous envoie un message, à savoir que notre pays est un pays où les personnes parlant anglais ont une supériorité sur ceux qui ne le parlent pas et que l'anglais est la langue de l'élite, de l'ascencion sociale, de la réussite (liste non exhaustive). Nous pouvons changer cela en agissant sur notre environnement visuel, télévisuel. ...lasuiteici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 21:32

C'est totalement par hasard que je suis tombé sur cette vidéo dont je n'ai eu de cesse de trouver les auteurs et que j'ai retrouvée (par chance). J'avais déjà entendu des musiques de ce groupe mais là, cela faisait longtemps que je n'avais pas pris une telle claque artistique, et je ne sais pas vraiment comment me l'expliquer. Il y a peut-être un côté "lutte contre le système" qui ressort de tout cela ; c'est comme une révolte qui dit "merde !" à ceux qui la soutiennent. Pour moi, c'est l'avenir et ça ringardise 10 ans de soupe musicale. J'ai hâte de revoir ça. Trève de bavardages et place à "Stupeflip vite" (du groupe français Stupeflip), "Ecoute[z] ce texte anthropophage" !!

 


 

Pour ceux qui suivent avec assiduité ce carnet, sachez que j'ai de nombreuses idées et projets dans les cartons, mais qu'un manque cruel de temps m'empêche de me consacrer avec le sérieux que je voudrais à mes articles et à répondre aux commentaires. A bientôt.

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 16:22

Les compilations des Inrocks et de Rock and Folk

 

Je me suis fait une petite enquête gratuite sur la place des artistes français dans certains magazines consacrés à la musique, vous pouvez faire la même chose, il vous suffit de passer dans un kiosque et de regarder les CD qu'ils joignent au magazine, c'est très instructif. Je viens de voir les Inrockuptibles et Rock and Folk, voyons la place qu'y occupent les artistes français.

 

Avec les Inrockuptibles, la jaquette du CD affiche les artistes suivants sur le numéro du 11 au 17 juillet :

- Naive New Beaters

- Regina Spektor

- Lou Doillon

- The Bewitched Hands

- Passion Pit

- Emily Loizeau

- The Hives

- Hugh Coltman

 

Deux artistes francophones (Lou Doillon et Emily Loizeau, mais peut-être leurs chansons sont-elles en anglais sur cette compilation), le reste est anglophone. Petit tour à un autre numéro avec CD (celui du 3 mai 2012) pour voir si c'est la règle :

- Patti Smith

- The Dandy Warhols

- Hot Chip

- Best Coast

- T Rex

- Citizens

- Beach House

- Delta (Alt J)

 

Ici, aucun artiste d'expression française. Les anciens albums ont l'air dans la même lignée : 0, 1, 2 voire 3 (numéro du 6 juin) artistes français en moyenne.

 

Passons au dernier numéro de Rock & Folk, dont j'ai trouvé le sommaire du CD que je vous recopie tel quel :

 

... la suite ici

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Musique
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 18:19

Illustration de la théorie défendue par Yves Montenay dans La langue française face à la Mondialisation, l'entreprise Michelin travaille en français, au niveau de sa direction, de ses cadres dirigeants, etc... ce qui n'empêche pas le succès, bien au contraire. Je ne défends pas la thèse que le français est supérieur à l'anglais, mais que travailler en anglais n'est pas le gage de la réussite, dit autrement : ce n'est pas parce que les entreprises anglophones réussissent qu'il suffit aux entreprises françaises de parler anglais pour réussir. Il semble bien que ce soit le contraire puisque les francophones sont pénalisés lorsqu'il leur faut parler anglais vu que ce n'est pas leur langue maternelle, et qu'ils ne sont pas au maximum de leur capacité. Mieux vaut travailler son métier que son anglais, sinon c'est donner un avantage compétitif aux personnes de langue maternelle anglaise. Beaucoup de gens commencent à penser comme cela, mais la vapeur ne s'est pas encore suffisament inversée au niveau des grandes entreprises (car pour les petites entreprises, la question de la langue de travail se pose avec moins d'urgence).

 

Rappellons les arguments (entre autres) allant à l'encontre de la généralisation systématique de l'anglais :

- la meilleure langue est celle du client

- l'embauche (ponctuelle ou permanente) d'un traducteur coûte moins cher pour un besoin épisodique que la formation de toute une entreprise à l'anglais

- lorsque l'on se consacre à l'anglais, on ne se consacre pas au coeur de son métier (perte de compétitivité)

- la généralisation de l'anglais en France donne un avantage compétitif aux personnes de langue maternelle anglaise pour travailler en France

- le français (entre autres) est langue officielle de l'ONU et de toutes les institutions internationales à ma connaissance, est parlé sur les 5 continents et l'on peut trouver dans chaque pays du monde des locuteurs francophones (pour peu que l'on se donne la peine de chercher). On peut donc s'appuyer sur des réseaux solides pour à peu près tous les besoins.

 

Voici donc un article sur Michelin qui travaille en français. Si le gouvernement voulait se saisir de cette histoire de défense de la langue française, il serait bien avisé d'étudier le cas Michelin et d'essayer de donner les clés de leur réussite afin que les autres entreprises puissent s'en inspirer.

Détail intéressant : les mots techniques français concernant l'univers du pneu s'imposent en anglais : cela illustre la théorie que j'explique dans ce carnet, à savoir que les mots ne se propagent pas parce qu'une langue est supérieure mais parce que l'on a pris la peine de les inventer. Pour cela, il faut comprendre ce que l'on fait, savoir l'expliquer et donc avoir l'esprit technique. Ce sont les techniciens qui fabriquent les mots dont ils ont besoin, repris ensuite par commodité par toutes les autres personnes qui utilisent les mêmes concepts. Un mot se propage à partir d'une personne ou d'un groupe initial de personnes, et non pas à partir d'un dictionnaire, et rayonne ensuite vers les utilisateurs et personnes en lien avec ce groupe initial.

On a pu ainsi le constater pour l'informatique ou la mercatique (marketing), les créatifs étant anglophones à la base, ils ne se sont pas souciés de créer des mots en chinois ou en français, mais dans leur langue, afin de combler un besoin langagier pour décrire une réalité qu'ils ont découverte.

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Francophonie - mode d'emploi
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 10:38

Le débat intellectuel est ainsi fait que bien souvent il faut des alerteurs d'opinion qui mettent le doigt sur les problèmes avant que ceux-ci ne gagnent l'opinion publique. L'omniprésence de l'anglais, le renoncement à nos droits et à défendre nos intérêts, notre culture, notre vision du monde, font que l'on laisse les autres décider pour nous, et "les autres" sont pour la généralisation de l'anglais partout.

Des chercheurs, députés, historiens, écrivains, ambassadeurs, directeurs de grandes écoles, et même Pape Diouf... (et moi et moi!) issus de toute la francophonie ont rédigé une pétition qui va passer complètement inaperçue faute de relais. Ce n'est pas le pouvoir qui va relayer cette pétition malheureusement, et si nous ne faisons rien, il ne se passera rien.

Ici, on a l'occasion de signer une pétition lancée dans plusieurs pays francophones à la fois, par des québecois, des français, des camerounais... il faut courir la signer ! Si ça se trouve, il n'y aura que 1000 signatures au final... mais ce n'est pas ça qui doit nous rendre défaitiste. Si nous lisons cette pétition, c'est que nous sommes parmi le premier cercle de personnes qui y a accès, ce qui veut dire que si nous ne la signons pas (et éventuellement la faisons connaître), elle n'accèdera pas à d'autres personnes que l'on a jamais interpellé sur ces questions. C'est une première pétition, il y en aura d'autres. Si l'on a 1000 signatures ici, c'est peu, mais peut-être qu'à la deuxième on en aura 2000, qu'à un certain moment, celle-ci parviendra à des décideurs, des meneurs d'opinion, qui seront sensibilsés et qui s'agrègeront au premier cercle de personnes concernés. Nous avons la possibilité de faire connaître cette pétition, alors transférons !!

 

Retrouvez l'argumentaire et la pétition en cliquant sur la pétition pour la langue française.

Vous trouverez ici les noms des premiers signataires.

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Données sur la francophonie
commenter cet article