Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 19:20

J'ai découvert un article sur Terre-neuve assez intéressant et j'ai surtout eu le coup de foudre pour la musique folk / traditionnelle d'un artiste que je ne connaissais pas : Emile Benoît ; il ne chante pas forcément en français mais ça vaut le détour ! On sent les racines irlandaises de la musique, sans doute un vestige de tous ces irlandais qui ont immigré dans pour lire la suite, cliquez ici.

Repost 0
Published by Marc Bf - dans Musique
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 19:31

En contact avec l'association COURRIEL, j'ai reçu un message pour nous inviter à un débat à Avignon sur les langues (anglaise et française, sous-entendu ! ). Je souhaitais donc en faire profiter les lecteurs réguliers de ce blog qui se trouveraient dans les alentours d'Avignon mardi prochain.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Bonsoir à tous,

veuillez trouver ci-joint le Bulletin d'Information du COURRIEL, numéro de juillet 2010.

En attaché également, la version française de l'Appel Internationaliste lancé par Georges Gastaud. 
A ce jour, il existe de ce document, dont la vocation première est d'unir tous les peuples dans un même combat pour la sauvegarde de leur identité, dans une même résistance à l'américanisation de nos langues et de nos vies, des versions en Arabe, Espagnol-Castillan, en Portugais, et en Anglais (ce ne seront  certes pas forcément les plus nombreux à nous rejoindre...). Toutes les autres langues sont donc à pourvoir, toutes les traductions à effectuer ! Si certains parmi vous veulent soutenir ce texte de manière plus active, et mettre en œuvre leur talent pour telle ou telle langue (japonais, roumain, allemand...), leur contribution sera grandement appréciée ! 

Enfin, et pour achever la présente, comme il se doit, sur une annonce (renseignements supplémentaires dans le bulletin) :




NOUS VOUS INVITONS À PARTICIPER AU DÉBAT ORGANISÉ PAR LE
COURRIEL ET À SON INITIATIVE, DANS LE CADRE DU FESTIVAL
D'AVIGNON

PENSÉE UNIQUE, CULTURE UNIQUE ET…
LANGUE UNIQUE
Mardi 20 juillet à 15h30
Cour du Cloître Saint-Louis à Avignon


Les débats seront animés par Georges Gastaud (président du COURRIEL) et Matthieu Varnier
(secrétaire général du COURRIEL), en présence de Gaston Pellet (membre du bureau)

Mention de ce débat public est faite dans le Guide du spectateur du Festival d’Avignon 2010.

 

 

En partant de la Gare SNCF (tout en bas du plan), on emprunte, en face, le cours Jean-Jaurès et on prend la 1ère petite rue à gauche, rue du Portail Boquier (tout cela à pied bien sûr).
Le  Cloître Saint-Louis se trouve au bout de la première partie de la rue, c’est le carré bistre foncé.





Bonne lecture,
bien cordialement,

                  M.V., pour le bureau.
Site de l'association :
Repost 0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 15:06

Outre la présence francophone bien connue en Louisiane (environ 7% y parlent le français dont environ 5% le pratiquent à la maison), il en existe une beaucoup moins connue dans certains états du nord-est des Etats-Unis : Maine, Vermont, New-Hampshire notamment. Ces francophones sont communément appelés les Francos.

Cette dernière présence est essentiellement le fruit de la migration d'envrion 1 million de québecois en Nouvelle-Angleterre (côte est des Etats-Unis) lors de la fin du XIXe et lors du XXe siècle, à la recherche de travail, notamment dans le textile. Parmi ces "Franco-amércains", beaucoup se sont intégré en adoptant la langue anglaise et en francisant leur nom, sous le pression des anglophones et parfois du Ku Klux Klan (dans le Maine!). Les Mr Welcome aux Etats-Unis sont bien souvent des francophones qui ont traduit leur nom de famille "Bienvenue" en anglais pour passer inaperçu. La présence francophone était moins bien vue à l'époque que maintenant. Aujourd'hui, beaucoup d'Américains redécouvrent leurs racines franco-canadiennes par la généalogie et certains refrancisent même leur nom, paraît-il. ... la suite ici

Repost 0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 11:50

On a pu entendre parler de la fatigue linguistique des français dernièrement grâce au médiateur de la République, Jean-Paul Delavoye. Retrouvez un article intéressant à ce propos là :

http://www.vigile.net/La-fatigue-linguistique-de-la

Repost 0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 10:52

J'essaie de suivre de près l'évolution (politique surtout, et par ricochet, un peu linguistique) en Belgique, et je vais essayer de démêler un peu tout ce qui se dit.

 

Résultats des élections

Tout d'abord, ce qui se constate, c'est la victoire dans la partie flamande d'un homme qui incarne un désir d'indépendance de la Flandre, Bart de Wever. Avec environ 30% de voix dans la partie flamande, son parti arrive en tête en Flandre. Du côté wallon, c'est le parti socialiste d'Elio di Rupo qui arrive en tête. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que pour faire un gouvernement, il faut une majorité et qu'en Belgique, les partis politiques se déclinent par appartenance linguistique puis (ou avant; comme on veut) en appartenance politique. Pour faire une coalition, c'est donc un peu complexe pour avoir un peu de cohérence, surtout quand il y a des autonomistes, ou régionaliste (ou ce que l'on veut...) d'un côté, dont on ne retrouve pas le pendant de l'autre côté. Car les wallons sont moins enclins à demander l'indépendance car le statut quo linguistique est en leur faveur (c'est mon analyse, que l'on peut retrouver ici).

 

Analyse des résultats

Une fois le contexte rappelé, essayons de répondre à la question titre. Ce qu'il faut bien voir, c'est que Bart de Wever, même s'il représente 30 % des électeurs de Flandre, est loin de représenter la majorité des belges car, la Flandre n'étant pas pourvue d'un gouvernement autonome, ne peut déclarer son indépendance (dans la logique institutionnelle) sans l'accord des francophones, à moins de rassembler quasiment 100 % des flamands derrière lui. ... la suite ici

Repost 0
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 11:23
Dans le courrier international n° 22, un article parle des professeurs africains qui viennent enseigner le français en Louisiane pour la communauté cajun. Malheureusement, cet article n'est pas disponible en ligne sans payer, sauf si on va le chercher à la source, c'est-à-dire sur le site en ligne du Wall Street Journal.
Vous pouvez donc, si vous comprenez l'anglais, lire l'article à l'adresse suivante :
http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703460404575244592628745882.html?KEYWORDS=cajun
Un reportage photo va avec, il est disponible là  :
Cet article est lui-même la version papier d'un reportage disponible à ce lien :
Si vous-même souhaitez enseigner le français en Louisiane, vous pouvez aller sur le site de la CODOFIL vous renseigner, (http://www.codofil.org/) ou regarder des informations de gens qui y sont déjà allé, comme par exemple ce couple :
http://louisianeusa.blogspot.com/search?updated-max=2009-06-17T17%3A59%3A00-07%3A00&max-results=9
Bon surf !
Repost 0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 11:05

Henriette Walter est une linguiste réputée et est professeur émérite à l'université de Haute-Bretagne à Rennes. Elle a écrit un certain nombre de livres dont certains sont abordables pour les non-spécialistes.

Pour ma part, j'ai lu deux de ses livres qui m'avaient beaucoup intéressé à l'époque et je vous les recommande :

  Henriette-Walter.jpg

- Honni soit qui mal y pense est un livre sur les apports de la langue française en anglais, dont l'importance est surprenante pour quelqu'un qui se penche sur le sujet pour la première fois. En effet, l'anglais est une langue germanique, dont ses premiers locuteurs venaient d'un endroit vers le nord de l'Allemagne, en dessous du Danemark, si mes cours d'histoire linguistique sont exacts. Cette langue était donc l'ancêtre de l'allemand moderne mais a bifurqué sous l'influence de l'histoire et de la géographie. Ainsi, les ancêtres des anglais qui se sont installés en Angleterre ont pris des mots aux personnes qui y vivaient déjà mais ont également subi des apports massifs du français deux fois. La première, lors de l'invasion de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant qui y a amené ses amis, sa cour, sa langue. Sa langue n'était pas le viking mais le français tel qu'il était parlé en Normandie. Ainsi, j'ai appris récemment que Richard Coeur de Lion ne parlait pas anglais mais français et préférait séjourner à Rouen qu'en Angleterre. La perte des terres françaises a obligé les monarques anglais a apprendre la langue de leurs sujets d'outre-Manche et a donc paradoxalement diminuer l'influence du français sur l'anglais. Cependant, la Renaissance a apporté une deuxième vague de mots français, ou latins mais par l'intermédiaire du français. Le français a donc influencé l'anglais pendant assez longtemps. Ce qui est amusant, c'est d'observer certains phénomènes comme : ... la suite ici

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 19:17

Il existe actuellement une association qui a pour but de défendre la langue française contre l'anglicisation du français, et dont vous pouvez signer le manifeste à l'adresse suivante :

 

http://www.defenselanguefrancaise.org/10.html

 

ou là en version imprimable :

http://www.courriel-languefrancaise.org/pdf/petition_nationale_COURRIEL.pdf

 

Bon, on ne va pas mourir (tout au plus va-t-on parler anglais), mais peut-être êtes-vous sensibles à cette cause.

 

Je vous reproduis une partie du courriel qui m'a été envoyé en tant que signataire, (j'ai enlevé le nom de l'auteur du texte au cas où il ne souhaiterait pas le voir étaler partout, sait-on jamais) cela vous donnera peut-être envie de le signer, voire même de vous renseigner davantage :

 

"Suivant le projet même porté par le Manifeste, une association a été crée pour soutenir, promouvoir et prolonger dans l'action sa vision, concrétiser la lutte dont il est l'appel :
 "Pour défendre le français, les signataires du présent manifeste constitueront un Collectif populaire de résistance linguistique (COPREL) ; il recensera, analysera et dénoncera les agressions politiques, économiques, publicitaires, médiatiques, contre la langue française [...]".

Sous le terme plus évocateur de COURRIEL (Collectif Unitaire Républicain de Résistance, d'Initiative et d'Emancipation Linguistique) le Collectif a été fondé le 16 mai 2009, et n'a cessé depuis de multiplier les actions :

  • lancement de son site internet, juin 2009 : www.courriel-languefrancaise.org

  • distribution massive de tracts lors de la Fête de l'Humanité, septembre 2009

  • lancement d'une dynamique et d'un programme d'action commun avec les autres associations de défense de la langue française, octobre 2009

  • pétition nationale (moins politique et susceptible d'une adhésion plus large que le Manifeste), octobre 2009 (Pétition nationale octobre 2009)

  • participation / distribution de tracts lors de la manifestation enseignante, janvier 2010

  • partenariat avec l'Asselaf pour la diffusion militante de la revue engagée Lettre(s), mars 2010

  • Conférence sur la défense de la langue française au Festival d'Avignon, en cours de programmation, juillet 2010.

  • ...

Ainsi que de très nombreuses actions d'influençage politique, participation aux actions portées par nos partenaires associatifs et parlementaires, lettres de réclamations et de rappels à la loi Toubon, mais aussi bien sûr de nombreuses publications (sélection) :

  •  La Voix du Nord, Georges GASTAUD « La Voix du Nord, Arras, ville française ou bilingue ? ».

  • La Croix du Nord, entretien de Georges GASTAUD, « Le COURRIEL, pour sauver la langue française ! », édition du 8 au 14 janvier 2010.

  • BRN, article de Georges GASTAUD, n°044 du 18 juin 2009 

  • Informations Ouvrières (hebdomadaire du POI), « Refuser le basculement de la France au tout-anglais patronal ».

  • Le Monde (version électronique) en tant que co-signataire d'un appel paru à notre initiative dans la rubrique « Opinions » signé avec 10 autres associations : Appel, Langue française : état d'urgence.

  • Appel lire également sur l'Humanité, www.humanite.fr/L-anglais-langue-unique


Par votre signature du Manifeste, vous avez manifesté clairement déjà votre refus de l'acculturation et de l'aliénation linguistique que nous vivons de plus en plus fortement. Nous partageons pleinement une certaine analyse des causes et la même aversion insurmontable des conséquences de ce processus totalement artificiel, éminemment politique, et profondément insidieux.
Nous vous invitons à prendre connaissance des productions de notre jeune association, et à renouveler votre engagement en faveur d'un combat si crucial en la rejoignant.

Face à un tel enjeu, nous avons besoin de toutes les forces, toutes les volontés, toutes les contributions.

La présente n'est pas tant un appel qu'une réquisition. Auchan baptise des « Simply Market », sans doute pour s'aligner sur Carrefour, la DS de Citroën ne signifie plus que « Distinctive Series » quand Peugeot (le « blue lion ») signe désormais, même en France, « Motion & eMotion ». La Recherche  française ne publie qu'en anglais (langue d'enseignement exclusive par ailleurs à Science-Po Reims), et l'aéroport de Lyon a bien failli se baptiser « Lyonairport ». L'Institut d'Administration des Entreprises, à Aix en Provence, illustre la servitude de nos dirigeants de son nouveau sobriquet Innovation Awareness, Excellence. « Notre » « président » parle même, très officiellement, de faire enseigner les mathématiques, l'Histoire et le sport en anglais dans les lycées, pendant que le MEDEF se proclame fièrement Ready for the future, que l'office des statistiques de l'UE renonce au trilinguisme de ses statuts, que l'on trouve « measles, mumps and rubella »  sous « rougeole, oreillons, rubéole » sur les carnets de santé de nos enfants, et que l'anglais commence à devenir un fort facteur de discrimination, à l'embauche comme au licenciement... Les exemples seraient légions, à tous les niveaux, et vous en constatez déjà trop tout autour de vous pour poursuivre la liste.

Comme dans toute guerre, il est un moment où l'adhésion morale impose la lutte : nous vous offrons juste une arme de plus. "

 

Repost 0
Published by Marc Bf
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 10:39

D'ici peu, de nombreux traducteurs vers le français vont partir à la retraite. L'Europe a donc lancé une campagne de recrutement que vous pouvez retrouver sur le lien suivant :

 

http://www.youtube.com/watch?v=YrgdukWVaGE

 

Des interprètes pour les "nouvelles" langues de l'Europe

 

Comme vous êtes sur un site d'opinion, je me permets de rajouter la mienne. Quels sont les besoins au niveau européen ? Surtout des personnes qui parlent allemand, mais aussi des personnes qui parlent français en plus de langues des nouveaux membres de l'Union Européenne. Cela montre ce que j'essaie d'expliquer dans ce blog : tous les efforts en Europe (je grossis le trait mais c'est un peu ça) visent à promouvoir l'anglais. C'est très bien de parler une autre langue mais dans quel but ? Ainsi on se retrouve avec une proportion de gens qui parlent anglais supérieure aux besoins : tout le monde parle un peu anglais donc la compétition est sévère, et on se retrouve tout naturellement avec un déficit sur les autres langues. Ce qui explique la pénurie d'interprètes.

Quelqu'un qui parlerait polonais et français ou hongrois et français aura ainsi (et paradoxalement vu ce que l'on pense souvent) plus de chances de trouver un travail dans l'interprétation vu l'offre et la demande. Bien sûr l'anglais permettra toujours d'être professeur d'anglais et sera toujours un atout dans de nombreuses entreprises.

Je m'étonne toujours du décalage entre la demande pour une langue et les besoins : ainsi l'allemand offre sans doute plus de possibilités de travail en Europe que l'anglais proportionnellement (vu que tout le monde apprend l'anglais) et pourtant plus personne ne l'apprend. Il en est ainsi de l'italien, pays pourtant dynamique économiquement et du néerlandais (pays très dynamique).

Ceci dit, on peut estimer qu'une grande partie des élèves n'ont pas une grande idée des besoins réels du marché du travail vu leur jeune âge et que leurs parents suivent les conseils que l'on veut bien leur donner. Il faudrait donc revoir l'argumentaire pour promouvoir un apprentissage plus diversifié des langues en France en offrant une carte scolaire spécialisée par région par exemple (une de mes propositions, à l'image des pôles d'excellence, on pourrait envisager des régions d'excellence) : davantage d'apprentissage du néerlandais dans la région Nord pas de Calais avec une poursuite possible en université, italien en PACA / Rhône-Alpes, le chinois à Paris par exemple, etc... C'est une piste.

 

Pour aller plus loin

 

Pour plus de renseignements sur les postes d'interprète, rendez-vous sur :

http://europa.eu/interpretation/index_fr.htm

Repost 0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 10:21

Ci-dessous je vais essayer d'établir une petite liste non-exhaustive concernant les endroits où la langue française évolue en nombre de locuteurs ou en situation officielle, où la situation n'est pas figée.

Pour avoir quelques éléments de comparaison, partons de la France : la France est un pays homogène dont la langue est le français. Si de nombreux immigrants viennent en France et peuvent garder leur langue sur une ou deux générations, on ne peut pas dire que cela remet en cause la situation linguistique de la France ; les écoles enseignent en français, la justice délibère en français, la majorité des gens parlent en français. On peut dire que la matrice linguistique est française, c'est-à-dire qu'une dynamique de transmission de la langue française entre les générations est à l'oeuvre, à l'exclusion d'autres langues. On parle souvent de l'anglais, mais c'est un épiphénomène, un phénomène de mode (durable, mais cela reste à la surface), le français reste la matrice même si la langue française s'imprègne de mots anglais plus que de tout autre langue.

 

La situation est très différente dans certains pays.

 

Europe

 

En Europe, le français est présent dans 3 autres pays : la Belgique, la Suisse et le Luxembourg. Il est également présent dans le Val d'Aoste qui est une région italienne historiquement francophone.

... la suite ici

Repost 0