Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 19:30

Guess what ? Euh, devinez quoi ? Citroën fête les Technodays en promouvant sa creative technologie grâce à une réclame que vous pouvez retrouver sur son site (français, si si, je vous jure) : carstore.citroen.fr ! J'en fais trop ? J'ai une excuse : "c'est pas moi qu'ai commencé m'sieur !" Regardez la réclame :

 

 


 

Une chose est sûre, s'ils sont les rois de la creative technologie, ils ont un peu plus de mal à être créatif en matière de français. L'anglais partout s'arrêtera-t-il un jour ? Peut-on rêver à un paysage audiovisuel sans anglais à chaque page de réclame ?

Pour citroën : carton rouge !

PS : "technologie" s'écrit "technology" en anglais. Oubli volontaire ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Beaufrère
commenter cet article

commentaires

Julien 06/11/2012 10:07

Bonjour, La Françafrique existe toujours et a une réelle influence. De nombreuses enquêtes ont eu lieu, n'hésitez pas à aller faire un tour sur le site http://survie.org/?lang=fr par exemple. Il
s'agit d'un sujet très vaste impossible à couvrir en une seule fois. Voici quelques pistes de réflexion : l'exploitation uranifère d'Areva au Niger, l'opex Epervier (1200 militaires) présents au
Tchad depuis 86 et qui est l'assurance-vie du dictateur en place, etc. L'armée française reste encore la première force du continent et le désengagement actuel (fermeture de bases, diminution des
effectifs) est trompeur. Il s'agit plutot d'une restructuration dans le cadre d'avoir une capacité de projection. Bref le sujet est impossible à aborder brièvement ! Je serais ravi de vous aider,
j'ai plusieurs idées et suggestions. N'hésitez pas à me contacter directement par mail (vous trouverez mon mail dans l'interface des commentaires) afin qu'on puisse en discuter !

ARNOUX CHRISTIAN 16/10/2012 15:50


Je vous remercie de votre réponse,


Je suis à la fois fou de la langue française et de" l'American way of life" j'adore ce pays et y vais souvent voyager de 6 à 8 semaines pour
le plaisr.Même si parle très mal l'anglais lui préférant l'espagnol. Mais je suis un défenseur de notre langue à l'intérieur de notre propre pays et je n'admets pas ce snobisme (encore un terme
anglais intraductible) qui voudrait remplacer des mots français par leur traduction en anglais surtout lorsque le mot français est plus pertinant et plus précis. Parfois reconnaissons le quelques
termes anglophones sont plus appropriés en attendant une correspondance en français. Actuellement par exemple, quand vous achetez un téléviseur ou un ordinateur le vendeur vous parle en pouce, il
y a 10 ans il parlait de la diagonale en cm. Alors je lui demande s'il préfère que je la paye en louis , en sous ou en assigats, puisque nous revenons deux siècles en arrière. (le vendeur ne
comprend pas toujours mon humour) Quand je vois le système métrique gagner du terrain aux USA (bouteilles de Coca de 75, 50 ou 33 cl cela m'amuse d'entendre ces vendeurs.


Où c'est plus grave, je suis frontalier avec l'Espagne, c'est de voir que au dernier payage français de l'autoroute à  Hendaye (25 m du poste frontière) tout est écrit en français et en
anglais , rien en espagnol. Ni même en basque, eux qui revendiquent la défense de leur culture pourraient se plaindre et bien non. Après, comment exiger que de l'autre côté de la frontière le
français ne soit plus étudier en classe. Si on leur fait comprendre que pour se parler d'un pays à l'autre il y a un "espérento" qui s'appelle l'anglais, pourquoi apprendre notre langue. En effet
à Irun la langue maternelle est le basque , la première langue étrangère l'espagnol et la seconde l'anglais et on étudie le français si on a le temps. 300 m après le passage du pont le pompiste
ne parle pas français. Seuls les plus de 50 ans le parlent encore. Il faut sortir du Pays Basque pour retrouver des espagnols qui maîtrisent le français enseigner en seconde langue étrangère et
non en troisième comme en Euskadie.


J'ai repris il y a 7 ans des cours d'espagnol avec une jeune Argentine. Elle m'expliquait que dès le collège les enfants avaient le choix entre le français et l'anglais en première langeu
étrangère et que plus de 50% dans son ancien collège avaient apprs le français pour deux raisons, le rejet de l'impérialisme américain sur l'Amérique Latine et surtout l'idée que se font les sud
Américain de la France qui représente pour eux le pays des Droits de l'Homme et de la Liberté. Ma prof d'espagnol d'avant il y a 20 ans (je passe mon temps à me perfectionner dans cette langue),
une Colombienne, me tenait les mêmes propos. Donc notre langue véhicule toujours des idées , elle est apprise pour ce qu'elle transmet, bien sur ce sont les idéaux du XVIII siècle, mais ils sont
toujours d'actualité.  

Marc Beaufrère 11/11/2012 21:09



Merci pour votre témoignage sur la représentation de la langue française en Amérique du Sud.


Concernant le pays basque, je suis d'accord avec vous. L'anglais est devenu une sorte de lingua franca dans notre environnement : affichage, publicités... ce qui donne une grande visibilité à
cette langue et renvoie par écho une certaine idée de son importance. Il paraîtrait de bon sens de faire un effort sur l'affichage dans les régions frontalières, encore faut-il que les
populations se bougent et s'éveillent à ces enjeux. Il faudrait trois affichages, un en français, éventuellement un en anglais et un en espagnol ou basque. L'omniprésence de l'anglais dit quelque
chose sur notre société qui ne me plaît pas, comme si la France était une succursale d'un empire anglophone qui admet des "dialectes" ; sauf que personne ne nous empêche de mettre fin à cela si
ce n'est notre inertie. Pourquoi ne pas envisager le français comme la langue la plus importante. En un sens elle l'est, pour nous. Pour cela, il faut briser le monopole de l'anglais et faire en
sorte que l'on diversifie l'offre linguistique en France, que l'on développe l'affichage dans les zones frontalières, comme dans votre exemple ; cela pourrait être le basque, ce serait bien
normal, ou l'espagnol ou les deux. Idem pour la frontière avec l'Italie ou l'Allemagne même si en Alsace, beaucoup de gens parlent allemand de par la tradition et de par le fait que c'est la
seule région où c'est la première langue apprise. L'importance de l'anglais que nous suggère son omniprésence cessera de fait lorsque nos magasins ne s'appelleront plus Carrefour Market mais
Marché ou lorsque les panneaux touristiques seront traduits dans plusieurs langues (à ce propos, deux langues, c'est illégal d'après la loi Toubon, voir mon article sur cette loi). Toutes ces petites choses nous
affirment inconsciemment et nous le martèlent : "parlez anglais, parlez anglais". Face à cela, affichage multiple ! Si vous êtes en région frontalière, vous pouvez écrire à votre maire et en
parlez autour de vous pour que cela change.


Le combat continue...!



Julien 16/10/2012 11:05


Réponse au commentaire n°2 :


Vous évoquez le cas de Madagascar où l'anglais a fait une brève apparition dans la liste des langues officielles avant de disparaître en 2009 suite au putsch.


Les raisons sont très claires et sont, comme vous le dites, dues à une lutte d'influence entre les pays anglo-saxons et la France. Ceci dit, il ne faut pas exempter la France de tout reproche, la
Françafrique existe toujours et a une réelle influence sur de nombreux pays africains.


Pour reprendre l'exemple de Mada, le putsch de 2009 qui a mis au pouvoir le maire d'Antananarivo a été dirigée en sous-main par la France afin de préserver des intérêts stratégiques : les
ressources gazières et pétrolières du canal du Mozambique. L'affaire est assez complexe mais pour faire bref, la France possède un chapelet d'îles sur ce canal : les îles Eparses et a étendu en
2008 la ZEE (zone économique exclusive) de ces îles afin d'avoir la primauté du contenu du sous-sol. Or cette ZEE empiète largement sur celle de Madagascar d'où un "flou" sur les limites exactes
entre les 2 ZEE.


L'ancien président (celui qui a mis l'anglais en langue officielle) voulait justement renégocier cette ligne à l'avantage de Madagascar et donc cherchait le soutien des Etats-Unis afin d'avoir
plus de poids. Quelques mois plus tard, coup d'état et changement de président avec un nouveau président très francophile (d'où la suppression de l'anglais) et qui "oublie" provisoirement le
problème de la ligne de distinction entre les 2 ZEE. Cela est bien pratique pour la France, n'est-ce pas ?


 


Pour conclure, (selon mon opinion) il est clair que la France n'a pas l'entière responsabilité de la situation actuelle de l'Afrique mais, contrairement à ce que vous dites, la Françafrique n'est
pas qu'un mythe et a quasiment autant d'influence qu'avant...


 


PS : j'aime beaucoup votre blog qui donne un état des lieux précis de la francophonie, situation occultée dans de nombreux média.


Avez-vous envisagé de "professionnaliser" votre blog ? C'est à dire de l'héberger sur un espace qui vous appartiendra ainsi que mettre un thème (design) plus "valorisant" avec un menu, un header,
etc. ? Cela permettrait de mettre encore plus en avant votre blog et de ne pas être dépendant de over-blog qui peut, du jour au lendemain, fermer votre blog...


Je peux vous donner des conseils sur ce sujet bénévolement si vous le désirez, vous avez mon adresse-mail dans les informations du commentaire.

Marc Beaufrère 05/11/2012 09:46



Bonjour,


merci pour vos informations précieuses sur Madagascar. Avez-vous de la doc ou des sources qui expliquent cela en détail, je serais curieux d'y jeter un oeil. Croyez-vous que la Françafrique a
encore une existence vivace ?


En tous les cas, il y a des endroits où il y aurait un besoin de secours internationaux, qu'ils soient sous mandat français, africain ou autre : le Kivu notamment, où des gens sont déplacés et
pillés dans l'indifférence totale.


Concernant la professionnalisation de mon blog, j'y ai bien pensé mais je manque de temps et d'idées et votre proposition est la bienvenue. J'avais pensé à un site plus collaboratif où plusieurs
personnes pourraient intervenir. D'un côté, il y aurait des articles comme ici, d'un autre, une base de données et d'informations et je voudrais y ajouter un forum. Je m'en occuperai peut-être
quand j'aurais plus de temps (cet été?). Avis aussi à de futurs collaborateurs potentiels qui seraient intéressés par le projet.


 



ARNOUX CHRISTIAN 15/10/2012 18:32


Lorsqu'un commercial s'adresse à moi  avec des mots anglais, je le reprends une première fois et la deuxième j'arrête la la discussion, surtout qu'en j'entend parler de "womens" d'un "
Beatles" d'un "miles" prononcé maïlles qui est un nom français . Idem pour un" Vinntaidge" pour le mot franco normand "vintage" qui veut simplement dire "vingt an d'âge" pour un vin ou le mieux
ce très vieux mot français "Chalenge' devenu tchalleinndge" on ne sait pourquoi.

Marc Beaufrère 15/10/2012 19:38



Merci de votre témoignage ! Vous savez, de plus en plus de gens réagissent comme vous. Personnellement, je trouve ça d'autant plus ridicule quand ça m'arrive (heureusement assez peu), étant
quasiment bilingue anglais. Il existe des Français qui utilisent l'anglais sans le savoir parce qu'ils ne connaissent justement pas l'anglais : "Challenge" en est un bon exemple, "fun", "vibes".
Ce sont des mots qu'ils trouvent sympa, sans savoir d'où ils viennent ; utilisés par des Français donc sûrement français. Après, il y a une deuxième catégorie d'angliciseurs, ce sont toutes ces
personnes qui sont souvent en contact avec le monde anglophone et qui ne prennent pas la peine de trouver un équivalent, parce qu'ils regardent des séries en VO, parce qu'ils côtoient des
anglophones, etc... Les exemples que vous citez sont assez ridicules ; utiliser le mot "women", on a l'impression qu'il manque les bases en français...!


Il y a encore du boulot apparement ! Bonne soirée



italien 14/09/2012 21:23


Bonsoir,


La ministre de la francophonie vient de nous annoncer que le français recule en Afrique, sur la base de l'exemple algérien, mais l'Algérie est-elle dans la francophonie? Y-a-t-il des donnée qui
permettent de confirmer ce qu'elle racconte?

Marc Beaufrère 17/09/2012 17:31



Je suis allé voir les informations dont vous parlez. Le problème qu'elle souligne est tout à fait vrai, c'est le problème de la formation continue et de la disponibilité des supports (manuels,
CD...) pour travailler. Le français n'est pas en recul quantitativement, bien au contraire, il y a une très forte demande, mais la qualité de l'enseignement ne suit pas toujours, faute de
professeurs, faute de formation, faute de moyens. C'est le problème que soulevait Mme Benguigui à juste titre, pour insister sur la formation continue des enseignants en Algérie.


L'Algérie avait décidé pour des raisons historiques et culturelles tout à fait compréhensibles  d'arabiser son enseignement ; elle voulait sans doute effacer avec la langue française la
mémoire de la colonisation. Elle a donc sabordé l'immense atout qu'elle avait, à savoir que beaucoup d'Algériens parlaient très bien le français et que c'était le pays le plus francophone
d'Afrique. Le problème, c'est que le niveau de français a baissé mais qu'apparement le niveau d'arabe n'est pas forcément au top. Cependant les élites ont continué à envoyer leurs enfants aux
écoles françaises. C'est à mon avis un grand gâchis. Le Maroc ou la Tunisie qui n'avaient pas une histoire aussi complexe que l'Algérie avec la France n'étaient pas complexés par le français et
ont sû attirer de nombreux investissements pour se développer malgré qu'ils n'ont quasiment aucune ressource naturelle (pétrole).


D'après ce que je lis, les Algériens, tout comme les Malgaches qui avaient voulu malgachiser, reviennent à une situation plus équilibrée et refavorise le français. Tout cela était le résultat
d'états pro- Union soviétique qui ont fait dans le sentiment anti-français mais au final ils ont surtout sabordé leur économie par rapport à d'autres pays. Les luttes d'influence, toujours...
sachant que les Etats-Unis semblaient aux abois aussi (pourquoi l'ex-président malgache a-t-il voulu mettre l'anglais langue officielle de Madagascar alors que l'anglais n'a jamais eu
d'importance en Madagascar ? Pourquoi ce président parti, ont-ils enlevé l'anglais langue officielle ? A mon avis, ce sont des luttes d'influence, comme au Rwanda, les Etats-Unis essaient de se
faire une zone d'influence sous couvert de modernité ou de liberté. Ce qui est étonnant, c'est que les Français passent souvent pour les méchants mais pour les mauvaises raisons, parce que s'il
faut voir du côté des Etats-Unis (ou de la Chine), c'est dix fois pire. Mon opinion, c'est qu'il vaudrait mieux que les pays qui ont un héritage francophone en Afrique le conservent et
capitalisent dessus, et ceux qui ont un héritage anglophone fassent de même plutôt que de rester à 0 en tout et de changer tout le temps. Une fois le pays prospère, ils peuvent (certains
commencent) rajouter l'anglais ou toute autre langue mais pour moi c'est une erreur de jeter le français comme ils l'ont fait en Algérie.


Bref, rien de nouveau sous le soleil !