Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 10:13

 

Dernièrement, j'ai pu lire plusieurs articles sur la volonté de certains anglophones de propager leur langue, mais j'ai été interloqué par les arguments que certaines personnes utilisent et qui sont les témoins d'un tel ethnocentrisme. Quand je vois des gens affirmer que le fait ne ne pas parler anglais enferme des pays dans la pauvreté, je me dis dans quel monde on est ? Les Américains sont le peuple élu, comme chacun sait et on aurait tort de priver les gens de leur supériorité. Je caricature ? Si seulement !

Voici quelques extraits commentés :

 

Une pétition pour avoir le "droit" de parler anglais

 

d'abord, un extrait d'un tract pour une pétition à signer :

 

"Nous sommes en train de militer pour le droit des pays Africains et Nord Africains de parler Anglais ! Notre cause a pour objectif d’aider les pays Africains et Nord Africains à se développer et à sortir de l’isolement."

 

Deux choses ici : parler anglais est devenu un droit dont ils sont privés, ce qui suppose que certains complotent pour les empêcher de parler anglais dans le but de les empêcher d'accéder au développement et de sortir de l'isolement. Si j'ai pu me dire que je prêtais de mauvaises intentions aux auteurs de cet article, j'ai pu avoir confirmation plus loin que "certains," ce sont les Français :

 

"Par ailleurs, parler une autre langue que l’Anglais est en train de maintenir ces pays sous le monopole d’un seul pays Occidental."

 

Notez : un seul pays occidental. La Belgique ? Quid du Canada et Québec, de la Belgique, de la Suisse ?

En ce qui me concerne, je n'ai pas l'impression que l'arrivée de gens porteurs de la langue anglaise a toujours fait évoluer les choses dans le bon sens comme on a pu le voir en Afghanistan, Irak, Rwanda, RDC...

 

Deuxièmement, l'anglais est présentée comme la porte de sortie vers le développement et permet de sortir de l'isolement.

 

L'isolement, c'est intéressant, il manque la suite : isolement de qui ? Les deux tiers de l'Afrique sont francophones (pas seulement sur la carte) et le français est parlé sur les 5 continents, c'est une des langues de toutes les organisations internationales, en quoi le français isole ? Il faut bien sûr compléter la phrase : le français les isole de ceux qui ne le comprennent pas (les anglophones). La vérité, c'est qu'au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, on renonce à l'enseignement des langues  (et en premier lieu le français); par définition, c'est plutôt eux qui s'isolent du monde; c'est vrai qu'ils peuvent d'autant plus se le permettre que dans de nombreux pays, on cherche à parler anglais, ils ont donc de moins en moins besoin de faire l'effort d'apprendre une langue étrangère.

 

Mis en surgras dans l'article :

 

"Au niveau d’un pays l’anglais est vital pour le développement, l’économie et les relations internationales."

 

Bon, le vent de révolte qui souffle actuellement dans les pays arabes est parti d'un pays francophone et arabophone, comme quoi il n'y a pas besoin de parler anglais pour aspirer au développement, le développement vient plutôt de l'intérieur plutôt que de l'extérieur. Comme quoi certains ont du mal à comprendre, même après l'épisode de l'Irak que tout le monde n'aspire pas à être Américain, que la démocratie ne vient pas de l'extérieur, et que l'on peut vouloir suivre sa propre voie. D'ailleurs, si l'on trouve parmi les pays francophones des pays très pauvres en Afrique, on trouve aussi des pays parmi les plus prospères d'Afrique : Maroc, Tunisie, Gabon, Cameroun. A ce niveau d'argumentaire, on pourrait dire que le Zimbabwe avec sa chasse aux fermiers blancs, la mort par la faim de nombre de ses habitants, et l'apartheid en Afrique du Sud ne sont pas des modèles de pays pacifiques.

 

"Deuxièmement, l’utilisation de la langue anglaise donne à tous les peuples du monde la possibilité de se connaitre et de communiquer promouvant ainsi l’ouverture d’esprit, les échanges culturels et la paix dans le monde." ... que dire ?

 

On peut aussi voir une petite vidéo avec des affirmations telles que :

 

"Africa needs English" ou "English needs Africa" ?

 

"Africa needs English" l'Afrique a besoin de l'anglais...quand c'est plutôt le contraire qu'il faudrait lire : "English needs Africa", les entreprises américaines ont besoin des diamants de la RDC quitte à soutenir des mouvements armés...

 

Sur la vidéo, un commentaire, j'ai pu y lire :

"french language = war, poverty, military coups, Arrogance malaria, rape and crime and Isolation and ignorance....."

"Langue française = guerre, pauvreté, coups militaires, arrogance, malaria, viol, crimes, isolation et ignorance...

(source : cliquer ici )

 

Le français langue de la guerre ? Et l'anglais, c'est bien évidemment la langue de la paix... (Je n'ai pas pu m'empêcher de laisser des commentaires sur la vidéo.)

 

http://www.francophonie-avenir.com/Index_Imperatif-francais_Neocolonialisme_anglosaxon_par_l_%27_English_for_development_in_Africa.htm

Cliquez ici pour la traduction française de l'article en question.

 

Il ne faut pas se voiler la face, derrière ce discours, ce qui embête ces anglophones, c'est qu'il reste des pays qui échappent encore un peu à leur sphère d'influence.  Alors ils accusent les gens qui parlent français d'être manipulés ou d'être sous l'influence du néocolonialisme pour pouvoir y promouvoir l'anglais et donner l'impression que cela vient du peuple. Quand on voit l'Algérie, jamais la France ne s'est plus mêlé des affaires linguistiques depuis l'indépendance et ils ont eu toute liberté d'interdire l'usage du français sans qu'il y n'ait aucune conséquence (intervention militaire, coup d'état soutenu de l'étranger...). Quelle meilleure preuve de respect, quand bien même on s'est fait  accusé de tous les maux de l'Algérie ? Des gens ont semé le doute et la division en Algérie comme quoi tous les problèmes venaient de la France.  On a toujours laissé dire sans protester, est-ce que ce n'est pas ça la vraie démocratie ? Au Maroc et en Tunisie,  on a su concilier français et arabe de façon pacifique et alors même qu'ils n'ont pas de ressources comme le pétrole, ces pays s'en sortent aujourd'hui très bien au niveau développement.

 

Tandis qu'au Rwanda et en RDC où l'élite avait le tort de parler français, des mouvements rebelles ont été armés et soutenus pour changer le cours des choses. Alors où est le néocolonialisme ?

 

Nos élites actuelles ne défendent pas le français

 

Le problème, c'est que les dirigeants français de l'UMP (et souvent du PS) ne veulent pas voir les rapports de force et courent après les plus forts. Ainsi, Luc Chatel veut imposer l'anglais dès 3 ans (sinon on sera handicapé dans la vie), et Pierre Tapie, directeur d'une grande école, veut faire sauter la loi Toubon pour permettre aux universités françaises d'enseigner en anglais.

 

Source : cliquer ici .

 

C'est à se demander qui défend notre langue si nos élites politiques ne le font pas ? Je serais curieux d'avoir l'avis de Chevènement, de Mélanchon, de Bayrou (ancien prof de lettres)  voire même de Marine Le Pen.

 

Pourquoi faire autant d'efforts que les autres ? (et autres anecdotes)

 

1) Dans la série "le ridicule ne tue pas" : j'ai eu connaissance de cette demande très sérieuse des Britanniques d'être dispensés de devoir parler des langues étrangères pour travailler pour l'Europe. Pourquoi ? Car comme les Britanniques sont peu nombreux à maîtriser des langues étrangères, ils ne peuvent rentrer dans l'administration européenne, dans laquelle il faut connaître deux autres langues que la sienne (au moins une bien). Cette demande a été refusée par l'UE.

 

Source : cliquer ici

 

2) Enfin, mais là je n'arrive pas à retrouver la source, j'ai pu voir dans un Courrier International (je crois) que des Américains se plaignaient que les pays du Maghreb ne parlent pas anglais car (je reformule de mémoire, mais c'était quelque chose de cet acabit) "c'est la langue de Twitter et des relations internationales, et que ça les aurait aidé dans leur lutte pour la liberté". Ce qui me surprend le plus, c'est que cet argument ait été repris sans commentaire dans le journal...

 

3) Et puis comme toujours dans ces articles, international ne veut pas dire "entre les nations" mais "anglais", ça en devient pénible tant d'ethnocentrisme. C'est l'histoire des Grecs et du reste du monde qui est "barbare" car ils ne parlent pas leur langue.

 

Un jour, il faudra se rendre à l'évidence : nous sommes dans une lutte d'influence. Fermer les yeux sur un conflit ne l'efface pas. Je ne dis pas ça pour être belliqueux, mais pour que l'on ne soit pas naïf et que l'on démasque et dénonce ouvertement derrière les discours la vraie intention de domination.

Bonne journée quand même !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Italien 05/04/2011 09:37



Re-bonjour


En tout cas tenez-moi au courant si il y a des initiatives pour soutenir la langue française, ça serai vraiment dommage que le français disparaisse de l'afrique sous le coup de la propaganda
anglophone, en tout cas j'éspère que dans le cas de la RDC il y aura une veille. Peut-on soutenir des écoles franophones en Afrique?


Si non pour la France rassurez-vous apparement on va enlever une heure d'anglais au lycée



Marc Bf 11/04/2011 11:02



Oui, vous pouvez toujours soutenir le français en donnant des livres à l'association "Le français en partage" (nous ne sommes pas liés malgré le nom) qui les achemine dans des écoles en Afrique
ou en Asie, là où il y a une demande :


http://lefrancaisenpartage.over-blog.com/article-l-autre-francais-en-partage-association-autour-de-l-acces-au-livre-en-langue-francaise-61500209.html


 


Sinon, vous pouvez également vous informer auprès de ces deux associations dont les sites sont régulièrement mis à jour :


http://www.avenir-langue-francaise.fr/


http://www.francophonie-avenir.com/


En ce qui me concerne, je continue mon blog et j'essaie de corriger les idées reçues des gens sur le net, ce qui commence à porter ses fruits. Par exemple, j'avais commencé à transcrire sur
Wikipedia les données sur le nombre de francophones dans les pays membres de l'OIF à la page de chaque pays (je n'ai pas fini), j'avais recommandé aux bonnes volontés de faire la même chose et
apparement certaines fiches disposent actuellement de renseignements sur la situation de la langue française dans leurs pays. Je pars du principe que pour faire valoir l'importance du français,
il faut pouvoir s'appuyer sur des faits. Ces faits existent, encore faut-il les faire connaître, et ça c'est un travail de petites mains, un travail de longue haleine ! J'aimerais bien être prof
de fac et utliser des assistants pour faire ces tâches ingrates mais malheureusement j'ai très peu de temps (et pas de vacances pour l'instant) de par mon métier et ma situation.


A bientôt,



Italien 05/04/2011 08:57



Bonjour marc,


Ce discours séduit effectivement un certain nombre d'élites des pays francophones, vous pensez que cela va se produire? Que les africains vont se mettre tous à l'anglais? Le Rwanda c'est pas la
democratie mais le


developpement et effectivement plus fort, peut-être grace au pillage en RDC.


Lisez ici:


http://haiti-nation.com/index.php?option=com_content&view=article&id=647:le-debut-de-la-fin-de-la-langue-francaise-en-haiti&catid=35:libre-tribune&Itemid=78



Marc Bf 11/04/2011 10:51



Que tous les africains se mettent à l'anglais, c'est leur choix. Ce n'est pas ce qui est en train d'arriver, puisque comme je l'ai déjà signalé ailleurs, des pays comme la RDC et Madagascar qui
avaient adopté l'anglais comme langue officielle en sont revenus et que le nombre de francophones explose (cf. le rapport de l'OIF). Inversement, le Nigeria, qui avait également adopté le
français (en plus de l'anglais) en est revenu. La force d'inertie est trop forte pour inverser une tendance enracinée depuis des dizaines d'années. Il faut un bouleversement majeur pour changer
la situation linguistique d'un pays (une guerre civile au Rwanda).


A propos de l'idée que les pays anglophones ont un meilleur développement que les pays francophones (ou autres), consultez la carte sur l'indice de développement humain (IDH) :


Pour exemple, la France est en position 8 avec un indice de 0,961 (1 étant le maximum), l'Italie 18e avec 0,931 et le Royaume-Uni 19e avec le même indice.


Parmi les 10 premiers pays africains, on trouve Djibouti (47e avec 0,868), la Lybie (56), les Seychelles (58), Maurice (81), la Tunisie (98), le Gabon (103), l'Algérie (104), Cap Vert (121),
l'Egypte (123e, avec 0,703) et le Botswana 125e (avec 0,694). Excepté pour la Lybie (qui d'ailleurs doit être hors classement à cause des combats), on trouve 6 pays francophones dans ces 10ers,
parmi même les 7 premiers ; mais ils peuvent avoir d'autres langues (arabe pour Djibouti, la Tunisie et l'Algérie, anglais pour les Seychelles et Maurice). Autrement dit, certains pays
francophones sont en tête du développement en Afrique. Inversement, à la fin du classement, on trouve également (entre autres) des pays francophones. Cela ne veut donc pas dire grand chose. Quant
au Rwanda, il arrive 167e sur 182. Ce n'est pas la langue qui aura aidé au développement mais bien plutôt la guerre civile qui l'aura empêché.


Ce qu'on remarque, c'est que les pays sahéliens sont souvent plus pauvres, les pays à climat plus favorable plus riches. Ajoutons à cela : les pays ayant connus des guerres civiles plus pauvres.


Quant à Haïti, je n'ai pas d'avis, mais ce serait en tout cas une bonne chose qu'un autre pays paie une université à Haïti. L'article que vous citez me semble être plus le cri de colère d'une
personne déçue de l'histoire de son pays avec la France que la description d'un état de fait. Pour ma part, j'écouterais plus volontiers le commentaire de cette personne qui défend une éducation
en créole (la langue maternelle de la majorité) puis en créole et français (à la fois proche du créole qu'ils parlent et langue qui donne accès à de nombreuses connaissances écrites en cette
langue) plutôt que directement en français (ou en espagnol ou anglais ou toute autre langue).


Cordialement