Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 11:30

Cet article, je l'avais en tête depuis longtemps, et il aura fallu un courriel d'une amie pour m'obliger à le mettre en forme au niveau des idées. En effet, j'ai envoyé un courriel où je faisais part de certaines des musiques (6 ou 7) que j'écoute actuellement et que je voulais partager, mon amie m'a répondu par une sélection des siennes et par le fait que globalement elle aimait bien celles que j'avais envoyées "sauf une ou deux" (indiqué avec un petit smiley juste après).

 

Que faut-il écouter aujourd'hui ? La doxa moderne

 

J'ai donc regardé ce qu'elle m'avait envoyé. Madness de Muse, Asaf Avidan, Syd Matters, un truc de Gossip, un des Red Hot Chili Peppers et je ne sais quoi encore. Tout d'un coup, je me suis senti pris en défaut. Des goûts très sûrs. Ca m'a fait remonter des mauvais souvenirs. Quand on est jeune, on écoute ce qu'on aime parmi ce qui passe à la radio. Et un jour, il y a un ami qui vient te dire que telle ou telle musique que tu aimes, c'est commercial, c'est de la m***. Mince. Qu'est-ce qui fait que c'est nul et que je n'ai rien vu ? Bon, on peut toujours écouter les autres groupes, et il y en a plein ou ne pas en tenir compte et continuer à écouter ses musiques à l'abri de cette personne. Et puis un deuxième ami, un troisième, une personne dans une soirée, une autre... alors là on commence à douter. ...la suite ici

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans Réflexions sur le français
commenter cet article

commentaires

GEO 01/11/2013 14:37


Pour ce qui est du Ragaetton, non merci, je suis d'accord avec vous. Mais la culture Latino, c'est la cumbia, le rock latino, argentin, etc. Il y a une grande diversité, qui malheurreusement ne
passe pas l'océan et c'est bien dommage. La radio moderne est le contraire de la diversité, tout est misé sur une vision commerciale et une orientation des goûts

GEO 31/10/2013 17:42


En rebondissant sur le second commentaire sur la mentalité de colonisé qui sévit dans tous les pays finalement, je pense que l'on peut faire fausse route. Si on reste dans le cadre
du Rock Indé et de la Musique PoP, qu'entend-on souvent de la part des chanteurs qui s'adonnent à chanter uniquement en anglais: que finalement l'anglais est une langue plus musicale, que c'est
la langue universelle, que c'est la langue qu'ils ont appris au CP et autres innépties en tout genre. Mais ce qui n'est pas dit c'est que chanter en anglais est aussi un acte purement commercial,
chanter en anglais c'est essayer de pénétrer le marché Américain et dans une moindre mesure le marché Britannique. On en a la preuve surtout avec les Suèdois qui chantent en majorité en anglais
pour accéder à ce marché. Bien sûr, l'anglais est une bonne stratègie commerciale, mais delà à ne résumer la musique qu'à cette langue il y a un monde. La problème notamment en France mais aussi
dans les autres pays c'est notre manque de volonté et l'impossibilité de mettre en place une politique de valorisation à l'exportation de la musique en langue nationale. L'industrie culturelle a
pour acquis un format celui de la langue anglais, qui ne correspond plus vraiment à une mentalité de colonisé, mais plutôt à un marché essentiellement tourné vers les USA. Les radios nous
imposent ce format et mentalement les gens l'acceptents. Mais les choses ne sont pas là pour durer et ces modalités peuvent aussi accoucher de rejet. Cabrel, Aznavour et bien d'autres font des
albums en plusieurs langues et il n'y a pas de problèmes. On tombe donc dans le panneau des idéologies. Il en va de même pour toute la production culturelle. 


Selon moi, et je crois que de nombreux écrivains l'on compris surtout ceux qui ont crée la littérature monde, c'est de modifier la francophonie. Arrêter de l'utiliser comme un outils de
néeocolonialisme, mais de le définir comme une arme de diffusion des contenus en langue françaises et locales au niveau mondial. La Francophonie doit devenir une plateforme à la fois culturelle
et sutout économique qui puisse promouvoir la diverité littéraire, musicale cinématographique. Le monde ne peut pas s'arrêter à la seule diffusion du Rock indé en langue anglais, ouvrant la voie
à de la musique Yahourt pour les non natifs et au succès assurés pour ceux de l'anglosphère. 


La mentalité de colonisé finalement existe mais cohabite avec une mentalité tournée uniquement vers une production commerciale pour les USA et en second lieu pour les autres. La stratégie est
bien rôdée car un succés aux USA permet une diffusion sur l'ensemble de la planéte. Les Américains le savent, en profitent et en plus on ne peut pas leur donner tort. C'est aux autres cultures de
s'adapter et à s'armer pour assurer leur diffusion. Maitenant nous nous situons dans une mondialisation multipolaire que va t-il se passer lorsque des gros blocs linguistiques type hispano,
lusophone, Sinophone, Hindi, Arabe vont se reveiller et diffuser leur culture. Car si la Suède a choisi l'anglais parque son marché est restreint, il ne va pas de même pour des blocs
linguisitques multimillionnaires? Bien sûr l'anglais leur sera utile pour peut-être se faire connaître, mais après????


Je pense que l'au niveau linguisitique les anglais produisent de bon travaux notamment ceux de Crystal et surtout de Graddol et explique déjà comment l'apogée de l'anglais a ses limites et son
destin sera de cohabiter avec d'autres immenses groupes linguistiques. Il suffit d'attendre la mise en route de ces espaces culturels pour deviner une nouvelle carte linguistique mais aussi
culturel, le Français, mais aussi l'Allemand auront sans dout leur mot à dire. Toute hégémonie a ses résistances. Le Français a connu la même position autrefois, mais avec moins de technologie,
et avec un pouvoir d'influence aussi fort surtout sur l'europe

Marc Beaufrère 20/11/2013 18:39



D'accord avec la majorité de ce que vous dîtes, néanmoins, petite divergence (ou complément) je constate que parmi les groupes français qui chantent anglais, beaucoup ne sont diffusés qu'en
France et doivent leur succès aussi au fait que l'on CROIT qu'ils sont anglais en plus de leur qualité musicale. Peut-être y a-t-il un essai de captation de ce besoin d'anglais, mais qui du coup
fait avancer d'un cran l'anglicisation, même si ces groupes peuvent parfois se faire connaître en anglais pour attirer leur public vers quelque chose de plus intimiste et français. Concernant
votre dernière remarque sur la mise en place prochaine de nouveaux espaces culturels, c'est en grande partie le sujet de ma suite de 4 articles à venir.


Vu la longueur et la réflexion de vos interventions qui contiennent certaines remarques inédites, je vous invite à les copier / coller sur le forum lavoixfrancophone pour les mettre à disposition
de tous plus facilement. Vous avez dû passer un peu de temps à les écrire et ce serait dommage qu'ils se retrouvent perdus en commentaire. Pour le forum, il suffit de s'inscrire et on peut
déposer un article, un commentaire.


Salutations francophones !



Torsade de Pointes 29/10/2013 19:50


Vous auriez pu écrire, mutatis mutandis, un article semblable sur la littérature, le cinéma, et sans doute d’autres domaines encore, ou plus largement toute la sphère intellectuelle et
culturelle. Les mêmes mécanismes mentaux (qu’on pourrait subsumer sous le dénominateur commun de ‘mentalité du colonisé’) y sont également à l’œuvre.

Marc Beaufrère 01/11/2013 11:00



Oui, votre remarque me semble très justifiée. Je l'ai fait sur le rock indé, car j'ai beaucoup plus de discussions avec mon entourage sur la musique que sur les autres domaines, et j'en ai écouté
pour me mettre à la page. En plus, on est constamment matraqué à la radio, c'est difficile d'y échapper.


Mais effectivement, j'avais déjà parlé de Busnel qui ne jure que par les auteurs américains dans son émission, et au niveau cinéma je n'ai plus beaucoup le temps de regarder de films, mais vu les
affiches, ça ne doit pas être beaucoup mieux.


J'avais entendu une fois un prêcheur américain qui avait fait un jeu de mots, en parlant du danger des "armes de destruction massive" (weapons of mass destruction) mais qui disait qu'il y avait
tout aussi dangereux car on n'y faisait pas attention, ce sont les armes de distraction massive (weapons of mass distraction), qui nous abrutissent et nous aliènent tellement il est difficile d'y
échapper, ou d'échapper à la pression sociale de les voir quand on est jeune (quoi, tu n'as pas vu ceci et cela). Je trouve qu'il y a quelque chose de bien vu dans cette remarque.



GEO 29/10/2013 18:00


Le soucis vient des radios qui ne diffusent que cette musique. Mais les choses peuvent changer, regardons l'immense vague de la musique Latino qui commence à se répendre en Amérique du Nord....La
radio est devenu une sorte d'entre du commerce et non plus de la musique. C'est affligeant

Marc Beaufrère 01/11/2013 11:05



Si c'est pour avoir du reggaeton à longueur de journée, non merci ! Moi j'aimerais bien qu'on n'ai un peu de douceur aussi sur les radios jeunes, ils sont passés où les Eros Ramazotti, Alain
Souchon et Andréa Bocelli ? Il y en a pourtant, mais je ne les entends pas à la radio. Rien que le chanteur médiévaliste qui est passé sur The Voice, je trouve qu'il a quelque chose de vraiment
sympa et original, il nous surprend là où on ne s'y attend pas et c'est chouette : Luc Aborgast. Ca me fait penser à Yann Tiersen, la musique que personne n'attendait (à moitié musique classique)
et qui a pourtant soufflé tout le monde. J'écoute d'ailleurs encore ses albums Le Phare et l'Absente régulièrement, qui doivent bien avoir une dizaine d'années pourtant.