Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 14:01

Parfois, les tenants de la défense du français défendent sa pureté contre l'invasion de mots anglais. Qu'en est-il réelement ? Est-ce à juste titre ? C'est de cela dont j'aimerais discuter aujourd'hui.

 

Les origines du français : le français, un latin qui a évolué

 

Tout d'abord, on peut regarder ce problème d'un point de vue historico-linguistique.  Le français, de par ses origines, est en fait un latin qui a évolué sous le coup d'influences diverses. Si au début, il y avait le latin en France, l'arrivée de la peuplade des francs (notamment) a changé la donne : les francs se sont mélangés avec les populations latino-gauloises (gallo-romaines) et ce qu'on appelle le français doit donc une part de son vocabulaire à l'apport de ces tribus germaniques. Ceci dit, le latin était et demeurait la langue des élites, aussi bien en France, en Italie et en Espagne que dans d'autres pays d'Europe, y compris plus tard (au Moyen-Âge) dans des pays qui correspondent aujourd'hui à l'Allemagne et à l'Europe de l'Est. Il restait donc une forme du latin de l'époque romaine comme figé dans le temps, qui ne subissait aucune évolution. C'est le latin que l'on a pu apprendre nous-même lors de notre scolarité, le latin des auteurs latins.

Parallèlement à cela, la langue parlée par le peuple évoluait petit à petit, par l'apport de nouveau vocabulaire d'autres familles linguistiques : le franc, langue germanique, le gaulois, langue celtique. Mais cela n'est qu'un facteur. Pour les linguistes, une langue se caractérise par son lexique (le vocabulaire), sa prononciation (la phonétique), sa syntaxe, sa grammaire. Ainsi, des gens qui parlaient la même langue en Bretagne ou en Provence ne s'étaient pas approprié le latin de la même façon, certains avaient des particularismes, de même qu'en Irlande, on a gardé ou transposé des expressions du gaélique en anglais. Par exemple : "I'm after eating" qui ne veut pas dire grand chose en anglais britannique et qui est pourtant perçu comme anglais par les irlandais (qui signifie "je viens de manger / j'ai mangé"). Moi-même, vivant en Normandie, je n'ai appris qu'en lisant un livre d'Henriette Walter que "passer la toile (ou l'emballage)" étaient des expressions répandues sur quelques départements mais pas dans toute la France. "Faire un mi", vous connaissez ? ... la suite ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires