Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 10:28

Le français est tombé au plus bas dans les représentations internationales (européennes, mondiales), il a subit un mouvement silencieux mais inexorable de mise en silence. C'est un peu comme ces parents qui n'osent plus parler leur langue à leurs enfants par "honte" face à une langue "supérieure". C'est plutôt le contraire, dans le contexte du français, qui est une honte : ne pas oser parler sa propre langue, le français, tellement on a intériorisé "qu'il" fallait parler anglais. Au nom de quoi, au nom de qui ? Ce n'est pas à nous de répondre dans la mesure où le droit est de notre côté : utilisons le français là où il est langue officielle. Interpellons les personnes qui nous incitent à nous exprimer en anglais quand nous pouvons nous exprimer en français.

jp
A ce propos, saviez-vous que Mr Jean-Pierre Raffarin joue maintenant un rôle dans la promotion du français ? Il est le représentant personnel du président auprès du conseil permanent de la francophonie. Fonction un peu vague de par son nom, son rôle est en fait celui de représentant / défenseur de la francophonie. Enfin !! Il était temps qu'une personne soit chargée d'interpeller les personnalités face à leur usage des langues.
De parfaits francophones à des fonctions prestigieuses parlent en anglais "pour faire comme tout le monde", pour suivre un mouvement enclenché depuis... on ne sait plus quand : Mrs Jean-Claude Trichet, José-Manuel Barroso, Dominique Strauss-Kahn... Il y aurait une sorte de pression à parler anglais (par qui ?).  Pourtant rien ne les y oblige puisque le français est une langue de travail de l'ONU, de l'Europe, du FMI, etc... Bref, en parlant français, on peut travailler dans toutes les organisations internationales. Mais un droit ne s'use que si on ne s'en sert pas et Jean-Pierre Raffarin a été là pour le rappeler et pour interpeller ces personnes qui choisissent l'anglais au détriment du français qu'ils maîtrisent parfaitement. A quoi cela sert-il de négocier et d'obtenir d'avoir des francophones à ces postes s'ils n'utilisent pas le français ?
Ci-dessous, vous pouvez retrouver une petite admonestation que JP Raffarin a fait à Mr José Manuel Barroso sur les célèbres "remous". Souhaitons-lui bonne chance et bonne continuation dans son patient et long travail.

http://www.francophonie-avenir.com/Index_AK_Raffarin,_francophone_intransigeant.htm

http://www.francophonie-avenir.com/Index_Coli_Raffarin_plaide_pour_davantage_de_francais_dans_l'UE.htm

Ici, vous pouvez trouver un entretien qu'a accordé Jean-Pierre Raffarin à Jeune Afrique concernant son rôle.

Ici, vous trouverez la tribune qu'a écrit Jean-Pierre Raffarin dans le Figaro à son retour du sommet de la Francophonie de Montreux, avec quelques initiatives intéressantes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lafrancecolonisee.over-blog.com 13/05/2012 23:24


Vous dites bien souvent des choses fort justes, mais à quoi servent tous ces gens de pouvoir qui prétendent défendre la langue française et qui ne font que précher dans le désert ? A donner
l'impression que le français ne risque rien, que le bon peuple peut dormir tranquille, comme tous les encrevés qui sont "fatigués" qu'on se plaigne de l'effacement. (Vous connaissez j'espère
Pierre Encrevé)

Marc Beaufrère 14/05/2012 11:33



Bonjour,


merci pour votre commentaire fort juste lui aussi. On ne peut que déplorer qu'il y ait autant de paroles et si peu d'actes, même si dans les coulisses de l'histoire, il se passe pas mal de choses
(voir toutes les initiatives organisées par l'OIF et ses membres, dans le rapport de l'OIF).


J'ai une analyse cependant différente de la vôtre du rôle de ce ce que vous appelez "les gens de pouvoir", une analyse plus pessimiste.  Ces gens-là ne font que remplir une fonction et ne
changeront rien s'il n'y a pas un élan derrière nous. C'est ce qui fait que je suis catastrophé de notre situation. Pour faire un parallèle avec la politique, et je ne pense pas me tromper en
disant cela, Sarkozy n'aurait jamais fait de Grenelle de l'environnement si les verts n'avaient pas fait des bons scores. Il a voulu récupérer un certain électorat écolo en faisant des
concessions. Malheureusement, aucun parti ne met vraiment en avant la francophonie, et c'est bien compréhensible, ce n'est pas un thème qui touche en priorité les gens : le chômage, le pouvoir
d'achat oui, à la rigueur l'écologie (économie d'énergie qui touchent le portefeuille). Je pars donc du constat que les partis politiques ne feront rien pour la francophonie s'ils n'y sont pas
obligés, car quel force les oblige à consacrer de l'énergie à un sujet assez peu payant électoralement ? Aucune à mon avis. De par cette analyse, j'en tire la conclusion qu'il faut sensibiliser
les gens, l'opinion publique, sur le fait que notre pays s'anglicise, sur le fait que ce n'est pas irrémédiable et sur le fait que si nous, le peuple, on ne considère pas que c'est un sujet
important, il n'y a aucune raison qu'en haut on s'en occupe. Sarkozy à mon avis a eu de louables intentions (voir mon article sur l'inauguration de la maison de la francophonie), mais il n'est
pas du tout couvert par les médias ! Alors que faire ? La mission que je me suis donnée est donc de sensibiliser, d'informer et de convaincre. Demandez à n'importe qui s'ils pensent qu'il y a
trop d'anglais dans la pub par exemple : tout le monde sera d'accord mais vous dira que "l'on n'y peut rien". Si la question était posée par référendum, tout le monde serait à peu près d'accord,
encore faut-il que quelqu'un se saisisse de ces sujets. Ce sera donc un travail de longue haleine, il faut affûter ses arguments pour mâcher le travail des journalistes qui n'auront plus qu'à les
reprendre et à les mettre dans le débat politique. Par exemple : si le français est langue officielle de la France, comment se fait-il que des grandes écoles aient le droit d'enseigner en anglais
avec l'argent de tous les contribuables ? N'est-on pas en train d'obliger les français à s'angliciser avec leur argent ? (Quel mandat a-t-on pour décider cela). Il y a un déficit de démocratie :
la France s'anglicise, on n'a jamais demandé à qui que ce soit s'ils le voulaient bien parce que l'on pense que c'est inéluctable. C'est là qu'il faut attaquer. Au plaisir.