Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 10:38

La France a longtemps été un géant démographique, jusqu'au XIXe siècle. L'affaiblissement précoce de sa natalité conjugué à une explosion démographique mondiale au cours du XIXe et XXe siècle ont affaibli l'importance démographique mondiale de la France. Aujourd'hui, la France compte pour 0,9% de la population mondiale et 8,5% de la population européenne. Ainsi, son poids relatif continue à faiblir au niveau mondial mais réaugmente au sein de l'Europe.

 

Année 1400 1750 1801 1901 1995 2011
Population française (en millions) 12 24,5 29,36 40,7 57,75 63,13
Pop. européenne (en millions) 45 140 187 420 728 739
Part de la population française / européenne (en %) 26,7% 17,5%
15,7% 9,7%

7,9%

8,5%
Pop. mondiale (en millions) 420 650 1000 1650 5692 7000
Part de la population française / mondiale (en %) 2,85% 3,77% 2,94% 2,47% 1,01% 0,9%

 

N.B. : Les chiffres de la population mondiale sont très approximatifs avant 1950, mais ils permettent de se donner un ordre d'idée. ... la suite ici

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Marc 17/12/2012 17:04


 


Votre analyse sur la diffusion du Français en Afrique me semble pertinente mais il faudrait peut-être la nuancer maintenant au regard de tendances récentes.


1°)Si la langue française est en phase 2 ou 3 de son développement [avec un centre qui s 'affirme et qui peu à peu diffuse la langue sur ses périphéries) ] il en est encore de même pour la
langue anglaise. L 'Inde , forte de son 1,3 milliards ou plus d' habitants , a oublié ou digéré son passé de nation colonisée et s'engage résolument dans l'adoption de l'anglais. La classe
moyenne indienne , qui croît fortement , l'utilise sans complexes , et même avec une certaine fierté (morgue ?) pour communiquer à l'étranger. C'est du moins ce que je ressens en voyant des
reportages . Les Indiens deviennent ainsi de fidèles relais de l'impérialisme linguistique anglo-saxon.


2°) Après le Rwanda , le Gabon et le Burundi cèdent aux sirènes anglaises .


Le Rwanda a adopté l'anglais comme langue officielle depuis au moins 1 an .Peut-être est-ce dû en partie à la position de l'armée française pendant le génocide? En tout cas , d'après les dires de
personnes ayant séjourné récemment pendant la commémoration de ce drame, les Français en sont tenus en partie responsables. Cela ne sert pas la cause du Français.


Le Burundi vient de demander à faire partie du Commonwealth et donc il risque de privilégier l'anglais d'ici peu. Peut-être a-t-il été influencé par l'exemple du Rwanda qui semble servir de
tremplin pour la promotion de l'anglais en Afrique ? Ce pays est en plein développement économique et l'on associe cela à la langue anglaise. Je ne sais pas si cela est vrai car d'une part, le
nombre d'anglophones au Rwanda est très faible pour le moment , d'autre part , la décision d'imposer l'anglais comme langue officielle est trop récente.


En ce qui concerne le Gabon , c'est plus inquiétant car il est à 80% francophone. Or , il étudie la possibilité d'instaurer l'anglais comme seconde langue officielle. En attendant de supplanter
le français ? Les arguments développés par le Président me semblent peu convaincants.


Premier argument: l'anglais est la langue des scientifiques et de nombreux francophones s'expriment déjà en anglais au sein des organisations internationales. Cela est vrai mais concerne combien
de personnes? Un nombre très faible ! Cela ne justifie pas qu'on étende l' apprentissage de l'anglais au domaine de la vie quotidienne.


Deuxième argument: en dehors de l'espace francophone , les échanges se font surtout en anglais. C'est vrai et il est donc justifié de faire apprendre l'anglais aux hommes d'affaires gabonais mais
est-il nécessaire d'en faire une langue officielle?


Troisième argument avancé: Cela permet de diminuer l'influence de la France. C'est l'argument qui me semble le plus approprié. La France , dans le passé, a probablement abusé de son influence (la
Françafrique). Et que pouvons-nous , nous Français , répondre ? Si nous protestons , nous apparaîtrons comme des donneurs de leçons ou d'anciens colonianistes aigris. Cela , les anglo-saxons
l'ont bien compris et ils doivent certainement en jouer .De plus, le statut de l'anglais de langue dominante dans le monde leur donne un argument imparable.


Cette décision du Gabon amène à se poser des questions sur la Francophonie: ne faudrait-il pas désormais privilégier l'économie et les échanges scientifiques? Ne pourrait-on pas , par exemple,
créer une revue scientifique internationale où les francophones pourraient publier leurs travaux en français? Peut-être une telle revue devrait-elle être dans un premier temps subventionnée ? Les
Anglo-saxons protesteraient certainement au nom de la libre-concurrence mais tant pis ! Avec de la volonté politique , on pourrait les contrer et trouver les arguments nécessaires.


Autre question posée: un petit (par le nombre d'habitants ) pays comme le Gabon, s'il veut s'ouvrir sur le monde , doit-il prendre l'anglais comme langue officielle? Une grande partie de son
commerce doit concerner des pays francophones... Ou n'y a-t-il pas d'autres raisons? Les pressions des Américains et des Anglais , peut-être pas si affaiblis que cela , comme vous sembliez
l'indiquer dans un de vos articles sur l'Afrique australe? Le fait que le Rwanda, le Burundi et la Gabon se trouvent , comme je l'ai vu récemment dans un numéro du Monde Diplomatique, dans une
zone riche en matières premières ne joue-t-il pas un rôle ?


 


Pour terminer , je dirai que le développement de la langue française me paraît à terme menacé et les choses semblent s'accélérer. Les Anglo-saxons semblent se sentir justes dans leur décision
d'imposer l'anglais comme langue unique de communication et ils trouveznt de plus en plus naturel que les autres pays apprennent leur langue, sans qu'il y ait de réciproque ( l'apprentissage des
langues étrangères est négligé en Grande- Bretagne et aux Etats-Unis ou même combattu comme dans les états frontaliers de Mexique.). Ils sont dans la position de dominants coloniaux sûrs de leur
droit et écraseront sans remords la langue française ( Les avis de Canadiens anglophones sur des sites sont à ce sujet édifiants!). Même l'essayiste américain Jérémy Rifkins , plutôt ouvert
d'esprit, déclare dans son tout dernier livre que l'anglais sera bientôt parlé par plus de la moitié de l'humanité, que cela est un bien car cela favorisera l'entente entre les peuples . Il est
vrai qu'il avait annoncé voici 15 ans dans un de ses livres « La fin du travail » ! , preuve que ses prédictions ne réalisent pas forcément.


 


Peut-être y-a-t-il de l'espoir? Pour beaucoup de jeunes Africains , la cohabitation des deux langues ne leur pose pas problème: sont -ils trop naïfs ou nous , trop sceptiques? Peut-être que les
Africains se rendront-ils compte que parler anglais d'un bout à l'autre de leur continent , en tant que langue de communication , serait vraiment triste , appauvrissant pour la pensée et pour
finir, totalitaire?


 

Marc Beaufrère 29/12/2012 12:02



J'ai répondu à votre commentaire directement dans un article car ma réponse était longue
et de nombreuses personnes se posent vos questions sur le Gabon et le Rwanda. J'ai donc fait une réponse détaillée.



zarbo 18/05/2011 06:12



En fait, ces chiffres sont très indicatifs car compter ce qu'est ou non un francophone est difficile, notamment parce que le niveau linguistique est variable et que si beaucoup de gens parlent un
peu le français, tout le monde ne s'exprime pas forcément courrament dans cette langue.


Ensuite parce que les francophones se trouent dans des pas pauvres où l'état n'est soit pas intéressé soit pas en capacité à compter qui parle quoi. Parfois même la question linguistiques
correspond à des problèmes politique et est donc piégée en terme de statistiques.


Enfin dans le dispositif de décompte de l'OIF il y a de très nombreux trous. Par exemple pour l'Asie, si l'on aditionne le total des francophones des pays de la francophonie on arrive à 2,5
millions de locuteurs, mais en fait on a aucune connaissance de ce qui se passe dans les autres pays, comme la Chine. Or dans ce pays de 1,3 milliards d'habitants, même si la francophonie
correspond à un très faible pourcentage, ce doit représenter des centaines de millier de personnes et peut être des millions avec des évolutions rapides de la langue française puisque l'on estime
aujourd'hui dans les universités chinoises à 5 ouvertures de nouveaux départements universitaires de français chaque année !



Marc Bf 18/05/2011 11:10



Bonjour,


merci pour votre commentaire pertinent. Bien sûr, ces chiffres sont indicatifs mais donnent néanmoins un ordre d'idées. Il aurait été très farfelu d'évaluer à 200 ou 220 millions le nombre de
francophones dans le monde il y a 30 ans, aujourd'hui, cela est très plausible, même si le nombre de francophones langue maternelle n'atteint sans doute que la moitié. Mais apparement le français
langue maternelle progresse actuellement en tant que langue maternelle en Afrique, et c'est à mon avis le fait le plus remarquable.


Comme je l'ai écrit dans mon article sur le rapport, la méthode de décompte est approximative dans certains pays. Il faut avoir une bonne maîtrise du français en lecture et écriture pour être
compté comme francophone. Cela valorise certaines personnes qui parlent le français approximativement mais inversement, dans un pays comme la Côte d'Ivoire où le français est très répandu à
l'oral, cela diminue sans doute le nombre de francophones.


Il ne s'agit pas pour moi de donner des brevets de francophonie, plutôt de faire ressortir une tendance qui est, elle, évidente, en Afrique, Proche et Moyen-Orient à la hausse, ailleurs en
stagnation (Europe) ou à la baisse (Etats-Unis apparement, institutions de l'UE aussi mais c'est sur un plan plus institutionnel). Je n'ai pas les moyens de vérifier, donc je fais à partir des
informations que je trouve où que l'on veut bien me donner ; vos remarques sur la situation du français en Asie sont à ce titre tout à fait intéressantes ; peu de livres, sites, etc... exposent
la situation réelle de ce coin du monde que vous semblez bien connaître de l'intérieur. Comment avez-vous eu connaissance de ces chiffres ? (ouverture de départements français) Je me ferai un
plaisir de les relayer si je peux avoir la source de l'info.


Effectivement, pour le rapport de l'OIF, ils ont seulement comptabilisé les pays membres de l'OIF, auxquels ils ont rajouté Algérie, Etats-Unis, Israël et Val d'Aoste (de mémoire). Ce n'est donc
pas un décompte tout à fait exhaustif, mais encore une fois observer l'évolution sur plusieurs années reste instructif, et c'est ça que j'ai voulu faire ressortir, cela permet de tordre le coup
aux idées reçues.



lolo 11/05/2011 19:22



Toujours aussi intéressant ton blog.


Félicitations!



Marc Bf 12/05/2011 16:24



Sympa, merci ! A bientôt