Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 11:07

 

Application du principe de bassin linguistique au français du XXIe siècle

 

Si on applique ces informations à la situation du français dans le monde, et que l'on prend également en compte ces informations :

  • le français a pour origine la France, et sa norme actuelle le bassin Parisien

  • le français est maintenant parlé aussi en Afrique et par davantage de personnes qu'en Europe

  • le français est issu de la norme de Paris, et cette norme s'est imposé aux régions avoisinantes puis à la France entière, et maintenant à de nombreux autres pays. La raison en est que Paris est la plaque tournante de la France. La norme se fait par où transite les échanges, par où la population est numériquement importante et par où le pouvoir est.

  • Paris a une importance majeure en France, c'est une unité interconnectée d'environ 10 000 000 de personnes, et elle est au centre des réseaux routiers, ferroviaires de la France, c'est là que siège la plupart des centres de décision.

  • les locuteurs qui parlent français sont numériquement supérieurs en Afrique mais encore faiblement reliés entre eux et peu influents économiquement et politiquement. Reliés entre eux par l'école qui propage une norme, par les moyens de communication modernes, mais au sein d'un immense espace géographique faiblement connecté.

Alors on peut faire quelques observations et déductions :

  • Paris n'est plus le seul centre de la sphère francophone. Si Paris a en France une importance écrasante et que tout tourne autour, d'autres centres francophones d'importance ont fait leur apparition : Abidjan, Dakar, Kinshasa, Libreville... Parfois de petits villages il y a 150 ans, ce sont devenus des mégalopoles qui attirent des populations d'origines géographiques diverses et dont le trait d'union est le français. Pour caricaturer, on peut dire que le français n'était la langue de personne mais que c'était la seule langue en commun de tous, car langue d'interface avec l'extérieur et langue des élites, et / puis de l'administration.

  • Auparavant, Paris agglomérait autour de lui d'autres villes et la mutualisation des moyens, et des centres de décision se faisaient systématiquement à l'avantage de Paris. C'était facilité par la continuité territoriale de la France. Maintenant, on entre dans un schéma différent : Paris devient un centre régional d'un ensemble beaucoup plus vaste. Par exemple, Kinshasa approche aujourd'hui les 10 millions d'habitants. Même si son pouvoir économique reste plus limité pour l'instant, on peut imaginer qu'à l'avenir, Kinshasa va jouer un rôle économique de premier plan au fur et à mesure qu'elle va se moderniser. Ce qui me frappe donc au niveau des changements, c'est que si Paris agglomérait à son avantage l'agrandissement de la sphère francophone, ce n'est maintenant plus possible eut égard à l'immensité de l'espace géographique francophone. Aucune ville ne pourra plus jouer ce rôle aussi démesuré et il y aura donc des pôles régionaux et Paris deviendra la capitale francophone européenne, mais Montréal joue déjà ce rôle en Amérique du Nord, Kinshasa, Abidjan, Dakar ou d'autres villes joueront ce rôle dans leurs régions respectives. Ainsi pour la première fois, Paris va se faire dépasser « par dessus », et sera la capitale d'une subdivision d'un ensemble plus vaste mais sans capitale (pour l'instant), l'espace francophone. Notons que les institutions de la francophonie constituent une ébauche d'espace de concertation de cet ensemble.

  • C'est une situation inédite, où Paris, la source de la norme va se faire dépasser « par dessus » et deviendra une « succursale » d'un ensemble très vaste et sans réelle capitale. Pour bien visualiser cela, je repense à mon article où je décrivais l'expansion de la langue française : d'abord le français était partagé sur une zone géographique plus petite que la France (le bassin parisien), puis s'est répandu à mesure que Paris se retrouvait connecté à un niveau plus large pour former un ensemble de vie plus vaste. Les moyens de communication et de transports ont donc agrandi le bassin linguistique du français de façon inédite, repoussant toujours plus loin l'ailleurs, débordant des frontières de la France, jusqu'à Bruxelles, Brest, Biarritz, Genève ou Marseille. Si l'on faisait la carte du temps qu'il faut pour aller de Paris vers d'autres villes et endroits au fil de l'histoire, on verrait que le monde rétrécit de façon phénoménale.

  • tout ne passera donc plus par Paris. La francophonie en est l'illustration, elle rassemble de nombreux pays dans un ensemble qui les dépasse, un peu comme l'Europe le fait de façon géographique, sauf qu'ici c'est de façon linguistique. Remarquons qu'espace et langue sont deux facteurs (de nature différente cependant) qui peuvent faciliter l'entrée en contact de personnes.

  • les locuteurs qui parlent français sont numériquement supérieurs en Afrique mais encore faiblement reliés entre eux. Reliés entre eux par l'école qui propage une norme, par les moyens de communication modernes, mais au sein d'un immense espace géographique.

Début de l'article (partie 1/4)
Partie précédente (partie 2/4)

Suite et fin (partie 4/ 4) de l'article

Partager cet article

Repost 0
Published by Marc Beaufrère - dans études socio-linguistiques
commenter cet article

commentaires

Florestan 04/01/2014 02:20


Vous stipulez que la norme pour le français est le bassin parisien, mais la tradition dans les études de linguistique veut qu'on accepte comme norme que la région qui correspond au français dit
"académique" est non pas Paris ou la population a un accent, mais la tourraine.


Sachez cela-dit que j'habite la région parisienne, mais cet accent est tellement faible qu'il ne me dérange pas !

Marc Beaufrère 06/01/2014 09:03



Oui, effectivement, j'ai toujours entendu parler de la Tourraine comme étant la région où le français est le plus pur.


Ceci dit, dans mes études d'anglais, on m'a toujours dit que l'accent de référence était l'accent d'Oxford, mais vers la fin de mes études, on nous enjoignait d'enseigner aux élèves, de les
exposer davantage à l'accent américain.


L'accent de la Tourraine n'a pas forcément changé. Ce qui a changé, c'est que l'accent le plus diffusé, celui qui a le plus de chance d'être entendu, est celui de Paris car c'est là que se
trouvent l'essentiel des médias (télé, radio). Avec la massification des médias depuis 30-40 ans pour la télé, plus pour la radio, cela a son importance, je considère que la norme devient de
facto celle de Paris, c'est-à-dire celle que l'on entend le plus.


Peut-être que l'apprentissage du français à l'étranger se fait sur la base de l'accent de la Tourraine, mais à mon avis (il me faudrait des témoignages de professeurs de FLE) lorsqu'il s'agit
pour des élèves d'apprendre le français à l'étranger de façon orale, les modèles qu'ils auront seront France Inter, les DVD... c'est-à-dire l'accent parisien.


J'espère avoir répondu de façon satisfaisante à votre question.



Michel 28/11/2013 14:09


Paris a une importance majeure en France, c'est une unité interconnectée d'environ 10 000 000 de personnes, et elle est au centre des réseaux routiers, ferroviaires de la France, c'est là que
siège la plupart des centres de décision.

On pense à Jean-François Gravier :  Paris et le désert français.
Voir ici


--------
C'est une situation inédite, où Paris, la source de la norme va se faire dépasser « par dessus » et deviendra une « succursale » d'un ensemble très vaste et sans réelle
capitale.



Risquons une image : Malgré le développement d'autres métropololes francophones, Paris restera comme la Jérusalem de la francophonie.

L'avenir sera peut-être dans la traduction automatique de nos paroles en paroles d'une autre langue, ce qui abaisserait considérablement le besoin d'apprendre d'autres langues.

Le sujet a été traité ici.
J'y soutiens, en autres l'idée selon laquelle : "le risque de babélisation et de repli sur soi me semble à cet égard faible".