Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • Le site qui fait le point sur la situation de la francophonie
  • : Ce site a plusieurs vocations : - faire le point sur la situation du français - donner des informations et des réflexions sur le français - partager des découvertes francophones d'à travers le monde
  • Contact

Recherche

Liens

10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 14:32

Comment agir pour la francophonie et le français ?

C'est une question que je me pose souvent. Agir pour le français, c'est quoi en fait, au quotidien ? Pour moi, agir pour le français, c'est faciliter la vie quotidienne des personnes s'exprimant en français, c'est leur donner les outils et le confort pour que la vie en français soit agréable et possible. Dans la vie quotidienne, en tant que français, je ne me pose pas forcément la question de ce que je peux faire (ou de ce que je fais sans le savoir), mais lorsque j'allume ma télé ou mon ordinateur, je rentre en contact avec des cultures et des langues qui peuvent être très différentes.
Développer le français, c'est en fait (et notamment) développer l'accessibilité du monde en français. Ensuite il faut que la personne ait le désir de le faire, mais si elle est ici, c'est certainement qu'elle en a l'envie donc je ne m'attarderais pas trop là-dessus. Disons que pour développer le nombre de locuteurs français, il faut offrir les outils (linguistiques notamment) nécessaires pour que cela soit possible dans un premier temps et il faut qu'il y ait des personnes qui en ait envie ou besoin. Il est certain que l'accessibilité au monde en français ne peut qu'être un plus.

Le constat :
le français est actuellement la langue le plus en développement au monde (source : http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i3693.asp) même si elle part d'assez bas en nombre de locuteurs par rapport à d'autres langues comme l'anglais, l'espagnol, le chinois, le ourdou.
Ceci dit, le français jouit d'une implantation sur les 5 continents, et hérite d'une présence dans de nombreuses institutions (ONU, Unesco, jeux olympiques...) qui rendent l'usage du français possible à tous les niveaux. Le français souffre dans son image de la compétition avec une langue qui partage de nombreux points communes, l'anglais, mais dont l'usage a progressé au cours du XXe siècle (notamment avec les deux guerres mondiales qui ont affaibli la France et donc la place de sa langue dans le monde à la faveur de l'anglais dont le pays le plus représentatif, les Etats-Unis (et non le Royaume-Uni) était sorti avantagé des deux guerres et en position de force. Cela dit, symboliquement et économiquement, la place des pays anglophones se réajuste depuis les attentats du 11 Septembre et la crise économique mondiale, ainsi qu'avec l'émergence des pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).



Le français bénéficie aussi d'une solide implantation en Afrique qui fait que sa présence doit actuellement y être plus importante qu'en Europe (mais moins concentrée, le français coexiste avec d'autres langues). Le français est à mon avis voué à jouer un rôle important dans l'activité économique et culturelle des 2/3 nord de l'Afrique, d'après toutes les données que je récolte ici ou là (goût pour le français pour de nombreux algériens, développement important du nombre de locuteurs francophones en Afrique sub-saharienne et intégration de nombreuses populations à une matrice économique et culturelle francophone). D'ailleurs, le français est sans doute en voie d'appropriation et de "créolisation" dans de nombreux pays (Côte d'Ivoire, Gabon, Togo, Burkina Faso...), un peu comme le latin est devenu le français, peut-être, ou comme le Haut Allemand est devenu l'anglais en Angleterre.

"Entre 1994 et 2002, le nombre d’apprenants du et en français dans le monde augmente de 15 409 252 personnes, soit 20 % de plus qu’en 1994, mais cette tendance subit un tassement entre 2000 et 2002. Passant de 75 340 561 apprenants en 1994 à 90 749 813 en 2002, on peut parler d’une augmentation globale significative. L’analyse par région permet d’enregistrer que l’augmentation la plus importante du nombre d’apprenants concerne l’Afrique et le Moyen Orient (60,37 %) et que la baisse affecte l’Europe tandis que l’évolution n’est pas spectaculaire ailleurs.

Les taux de scolarisation ayant crû de manière beaucoup plus rapide que le nombre d’apprenants de et en français, l’évolution du nombre de ces apprenants par rapport au nombre d’enfants scolarisés est défavorable, sauf en Afrique subsaharienne et dans l’océan Indien où elle est tout juste positive. »

"Dans son premier rapport en 1985, le Haut Conseil de la Francophonie estimait à 106 millions environ le nombre de francophones dans le monde."

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/francophonie/francophones-monde.shtml

Pays et régions du monde les plus francophones

« Les pays où l'on trouve le plus de francophones et francophones partiels pour l'Afrique du Nord, sont le Maroc en nombre et la Tunisie en pourcentage de la population totale ; pour l'Afrique subsaharienne, la République démocratique du Congo en nombre et le Gabon en pourcentage ; pour l'Europe centrale et orientale, la Roumanie en nombre et en pourcentage. Au Moyen-Orient, le Liban devance largement l'Égypte en pourcentage ; dans l'océan Indien, Madagascar passe devant les Comores en nombre mais pas en pourcentage ; en Extrême-Orient, avec des valeurs très faibles, si le Viêt Nam est premier en nombre, le Cambodge l'est en pourcentage ; en Europe de l'Ouest, les pourcentages atteignent, bien sûr, quasiment les 100 % en France et en Communauté française de Belgique, et s'en rapprochent au Luxembourg. Le Québec, quant à lui, recense plus de 6 millions de francophones, soit 83,1 % de sa population. Pour l'ensemble du Canada, le nombre de locuteurs est en progression et se situe à plus de 9,2 millions. »



En cela le français reste une langue d'avenir pour les échanges économiques et culturels pour les pays du bassin méditerranéen et les pays d'Afrique sub-saharienne, tendance qui est amenée à se renforcer dans les décennies à venir. En cela, un espace francophone continu et très étendu est amené à voir le jour, de Lille (ou même de Berg!) à Kinshasa.
Voyons maintenant quels sont les obstacles au développement de la langue française et de sa présence dans le monde et ce que l'on peut faire individuellement.
 
Un exemple concret : la place du français dans la science ; la traduction

Les informations dans une langue étrangère ne sont pas forcément accessible à quelqu'un parlant français et si on ne peut trouver ces informations que dans cette langue, c'est un réel handicap. Le travail de traduction prend donc toute son importance afin que notre langue et l'étendue de son utilité ne stagne pas face à d'autres langues. Publier des rapports scientifiques en anglais semble être le sésame de la réussite et de la renommée. Certains se disent qu'il ne sert plus à rien de publier en français car "tout le monde" parle anglais. Ce qui est dommage c'est que l'on renonce à s'adresser à la communauté scientifique qui ne parle pas anglais dans ce cas-là. Le problème ira en s'aggravant à moins d'une volonté politique et économique forte qui consisterait à prendre en charge au niveau de l'état (ou des états francophones le souhaitant) la traduction des oeuvres scientifiques françaises vers l'anglais et à rendre accessible les oeuvres anglaises en français afin que les scientifiques français ne soient pas handicapés par la non connaissance d'une autre langue (que se passera-t-il quand l'innovation scientifique se fera dans une autre langue tel le chinois ou l'ourdou ? Devra-t-on former tous les scientifiques dans cette langue ?). Les entreprises privées ne peuvent se permettre de supporter le coût de la traduction de toutes les oeuvres vers le français et de même les scientifiques français ne peuvent investir leur temps dans la traduction de leurs travaux, ce n'est pas leur travail. Cela ne laisse donc pas le choix (à moins de compter naïvement sur des bonnes âmes pour traduire gracieusement tous les articles scientifiques du monde), il s'agit que l'état facilite et prenne en charge financièrement la traduction, ce qui devrait être un impératif et une priorité nationale pour la survie, la visibilité et l'accessibilité de la recherche en France. Apparement il existe un fond qui permet des traductions d'ouvrage scientifique, le fonds Pascal ; il s'agit donc de le faire connaître et de lui donner les moyens afin que l'on ne puisse plus dire : "Mais tout se fait en anglais".

"La place de la langue française au sein de la Communauté scientifique

La France accueille chaque année des manifestations scientifiques de renommée internationale. Se pose en permanence la question de savoir en quelle(s) langue(s) les concepts peuvent s'élaborer, les échanges s'effectuer, et les résultats de la recherche scientifique être communiqués au plus large public. Afin que les sciences continuent de se penser et de s'exprimer dans une pluralité de langues dont le français, le ministère de la Culture et de la Communication a mis en place un fonds de soutien à l'interprétation pour les manifestations scientifiques majeures qui se tiennent sur notre territoire. Ce fonds, dit « Fonds Pascal » (programme d'aide aux sciences et aux langues), doit contribuer à renforcer l'attractivité de notre pays. Il consiste en un dispositif d'incitation et d'accompagnement destiné à permettre aux chercheurs de communiquer en langue française le résultat de leurs travaux. "


http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i3693.asp

Autres exemples :

De même, de nombreux savoir-faire ne sont pas forcément décrits en français ou s'ils le sont, ne sont pas forcément accessibles. Dans ce cadre-là, promouvoir la francophonie et le français, cela peut consister à écrire un livre de cuisine ivoirienne, à mettre en ligne gratuitement une façon de faire la vidange de sa voiture expliquée en français, etc...
Pour moi, cela se fait surtout sur internet car c'est l'un des rares endroits où je suis susceptible de pouvoir apporter quelque chose à des personnes vivant partiellement en français.

Cela peut donc revêtir plusieurs aspects, notamment :

- la traduction d'oeuvre vers le français (ce que font les maisons d'édition) pour rendre accessible le patrimoine intellectuel et culturel du monde dans notre langue
- la traduction de données vers le français (pour rendre accessible et donc appréhendable le monde et les informations sur celui-ci)

Actions concrètes (wikipedia...):

Dans mon cas, mon action pour la francophonie est notamment illustrée dans ce blog (ou journel ?). Je tente de rassembler des données, des avis, de faire connaître la diversité du monde francophone en particulier (il y a déjà beaucoup à faire). Je contribue également à wikipedia, en traduisant quelques articles de l'anglais (langue que je maîtrise) vers le français et en mettant en ligne des informations qui ne le sont pas encore.
Certains également traduisent les séries américaines (bon c'est pas légal mais merci quand même, j'en profite bien :)... il y a des milliers de façon de rendre la vie en français plus facile et agréable, ce qui n'empêche pas l'ouverture d'esprit. Dans mon petit cas particulier, je remercie tous ceux qui ont traduit des romans scandinaves parce que sinon je n'aurais pas eu l'occasion de découvrir ces auteurs.
Il y a également d'autres moyens plus directs et voyants, c'est de traquer les infractions à la loi Toubon et de les notifier. (J'ai un calendrier de Randstad : "nice to know you" sous-titré un peu plus petit en français. Si j'avais un peu de temps, je pourrais m'amuser à les embêter en leur notifiant que ce n'est pas légal (il me semble : texte de la loi : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000005616341&dateTexte=vig).)

Le français est une des langues les plus présentes sur le net (le nombre d'articles sur la wikipedia le place en 3e loi derrière l'anglais et un peu derrière l'allemand) - il est intéressant de constater que cette présence est liée à une certaine culture du pays et non pas seulement au succès économique ou à la présence démographique lorsque l'on voit la présence de la langue polonaise devant celle de l'espagnol et de l'Italien -
Le français a la chance d'être la langue d'apprentissage privilégiée dans les pays de langue maternelle anglaise : Angleterre, Irlande (loin devant l'allemand ou l'espagnol), Etats-Unis (depuis peu précédée par l'Espagnol). Elle l'est également dans d'autres pays : Espagne, Italie, Portugal, Roumanie. Son apprentissage est partout en progression ou au pire en stagnation (sauf en Europe) et d'après les rapports du ministère, on assiste à une forte demande.

Partager cet article

Repost 0

commentaires